Vitamine D3 : une vitamine essentielle pour la santé

Temps de lecture : 7 min

Vitamine D3 : une vitamine essentielle pour la santé

Également appelée cholécalciférol, la vitamine D3 est la forme physiologique la plus importante de la vitamine D. Elle est synthétisée dans la peau et est présente dans les aliments d'origine animale. Cette vitamine liposoluble, c’est-à-dire soluble dans la graisse, joue un rôle fondamental dans l’absorption du calcium et du phosphore dans le sang ainsi que dans le maintien de la densité osseuse. Une carence de cette vitamine entraîne un retard de minéralisation du tissu osseux et peut être à l’origine de pathologies osseuses telles que l’ostéoporose et le rachitisme. Découvrez les bienfaits de cette vitamine.


Une vitamine indispensable pour la santé osseuse

Parmi les fonctions biologiques de la vitamine D3, le maintien du niveau de calcium et de phosphore dans le sang est l’une des plus importantes. En effet, en favorisant l’assimilation du calcium, la vitamine D3 contribue à la formation et à l’entretien des os pour qu’ils soient plus solides. Elle agit également avec d’autres vitamines et minéraux pour optimiser la minéralisation osseuse. Ainsi, la vitamine D3 améliore la santé des os et du système des muscles du squelette. Une déficience de cette vitamine peut entraîner la faiblesse des muscles, augmenter le risque de fracture à la suite d’une chute et peut également provoquer l’ostéomalacie qui est une maladie douloureuse des os.

En cas d'insuffisance d'apports alimentaires (poissons gras, produits laitiers, oeufs) et d'ensoleillement (hiver), une supplémentation de vitamine D3 peut donc être préconisée chez les enfants, les femmes enceintes et allaitantes ainsi que chez les personnes âgées, afin d’assurer la bonne croissance et une meilleure résistance des os. Une carence en vitamine D3 a également des conséquences négatives sur le mécanisme de régulation parathyroïde et provoque une hyperparathyroïdie secondaire qui augmente le risque d’ostéoporose et de fracture, même sans accident (1).

La vitamine D3 contre le cancer

Parmi les autres bienfaits de la vitamine D3, la corrélation entre la vitamine D3 et la prévention du cancer a été trouvée dans les années 1940 par un chercheur. Il a pu constater que les régions situées dans des zones aux latitudes ensoleillées présentaient un taux plus faible de décès par cancer. Il en a donc déduit que l’exposition au soleil pourrait fournir une sorte d’immunité contre le cancer puisque la vitamine D3 est synthétisée par la peau grâce aux rayons UVB du soleil. D’ailleurs, c’est ce qui a valu à la vitamine D le surnom de « vitamine du soleil ».

Ces 60 dernières années, plusieurs études démontrent également que les déficiences en vitamine D3 exposaient les personnes aux risques accrus de développement de certaines formes de cancer. Sur 1179 femmes ménopausées et en bonne santé avec lesquelles une étude a été effectuée, les femmes du groupe ayant pris une quantité non négligeable de vitamine D3 combinée à du calcium ont vu leur risque de cancer du sein réduit à près de 60 % du taux initial tandis qu’aucun changement n’a été observé chez les femmes des groupes sous placebo ou celles qui prenaient uniquement du calcium (2).

De même, des chercheurs ont divisé de façon chirurgicale les polypes adénomateux, c’est-à-dire potentiellement précancéreux, de 19 individus, en retirant 50 % environ et en marquant le reste des polypes pour qu’ils puissent être identifiables à l’issue de l’étude. Il a donc été constaté que la prolifération cellulaire dans les tissus des polypes et les signes de modifications cancéreuses ont été fortement réduits chez les patients ayant suivi un traitement de vitamine D3 dosée à 400 UI et combiné à du carbonate de calcium.

Pour le bon fonctionnement du système immunitaire

L’un des rôles de la vitamine D3 est de réguler les lymphocytes qui sont indispensables au système immunitaire. En agissant alors comme modulateur du système immunitaire, la vitamine D3 prévient l’action excessive des cytokines inflammatoires et favorise l’action destructrice des macrophages. La vitamine D3 stimule également l’action des peptides antimicrobiens se trouvant dans les cellules du système immunitaire et celles qui tapissent le système respiratoire. Ces peptides microbiens contribuent à la protection des poumons contre toutes sortes d’infections. Par ailleurs, d’autres études scientifiques ont démontré que les infections saisonnières telles que la grippe résultaient d’une diminution du stock de vitamine D3 par l’organisme pendant l’hiver et non de la prolifération des virus (3). Pourtant, la saison hivernale fait que la vitamine D3 est moins disponible à cause du manque de rayonnement du soleil. Il est donc indispensable de prendre une supplémentation de vitamines D3 pour activer correctement les cellules réceptrices de ces vitamines qui détruisent les bactéries et les virus.

Des effets bénéfiques sur le cœur

La vitamine D3 joue également un rôle important sur les fonctions cardiaques et diminue les risques d’insuffisance cardiaque. Par définition, l’insuffisance cardiaque est l’incapacité du cœur à pomper le sang afin de couvrir les besoins de l’ensemble de l’organisme. Pourtant, l’insuffisance cardiaque est l’une des causes principales de la mortalité dans les pays développés. Une étude a donc été menée sur 123 individus souffrant d’une insuffisance cardiaque congestive. Durant 9 mois, un groupe a suivi un traitement de vitamine D3 dosée à 2 000 UI et 500 mg de calcium et un autre groupe a reçu un traitement en placebo. Il a ainsi été constaté que le niveau de cytokines anti-inflammatoires interleukine 10 chez les personnes qui ont pris une supplémentation de vitamine D3 a considérablement augmenté, tandis que le niveau de cytokines pro-inflammatoires nécrosant des tumeurs a diminué d’une façon importante. Il en a donc été déduit que la vitamine D3 apporte une protection au cœur en étouffant l’action des pro-inflammatoires à l’origine de l’insuffisance cardiaque (4).

Agissant en prévention du diabète

En stimulant le pancréas et en favorisant le processus de création d’insuline, le cholécalciférol abaisserait le niveau de prédisposition au diabète de type II. En effet, des études qui ont été menées sur 314 individus adultes sans diabète confirment cette hypothèse. Ces individus ont pris quotidiennement une supplémentation de vitamine D3 dosée à 700 UI et 500 µg de calcium pendant trois ans. Cette supplémentation a ralenti l’élévation de la glycémie à jeun et a stoppé l’augmentation de l’insulinorésistance chez les personnes ayant révélé un taux élevé de glycémie à jeun au début de l’étude. Les chercheurs en ont donc conclu qu’une cure de vitamine peut être une solution pour la prévention du syndrome métabolique et du diabète (5).

Des effets positifs sur l’humeur

Selon certaines études, la vitamine D3 contribue à l’amélioration de l’humeur durant la saison hivernale. En effet, de nombreuses personnes souffrent de troubles affectifs et de troubles de l’humeur durant cette période, à cause du froid et du manque de soleil. Par l’intermédiaire des rayons ultraviolets, le soleil synthétise la vitamine D3 à travers la peau. Par conséquent, le rayonnement solaire faible ne permet pas la synthèse de la vitamine D pendant l’hiver ou au-dessus de 51° de latitude. La supplémentation en vitamine D3 dans l’alimentation au quotidien fait donc office de remontant, mais réduit également les symptômes de dépression. Pour être efficace, la dose en vitamine D3 indiquée au quotidien est de 200 à 400 UI. Cette supplémentation doit être prise entre le mois d’octobre et le mois d’avril, ou même tout au long de l’année si besoin est.

La cure de vitamine D3

Douleurs osseuses, crampes, faiblesse musculaire, fatigue, dépression, sentiment de malaise, etc. Tels sont les effets de la carence en cholécalciférol. Pour couvrir les besoins journaliers en vitamine D3, il est donc conseillé de s’exposer au soleil pendant 15 minutes au moins trois fois par semaine. Mais il existe également d’autres manières de prendre de la vitamine D3 en intégrant le lait et les céréales enrichies en vitamines dans l’alimentation quotidienne ainsi que les poissons gras comme le saumon, la truite ou encore le maquereau. La meilleure façon de combler les besoins et d’éviter toute forme de carence est de respecter le temps d’exposition au soleil conseillé au quotidien, de consommer les aliments potentiellement riches en vitamine D3 et de prendre une supplémentation, au besoin, sous prescription médicale (6).

[1] PÉREZ-LOPEZ F.R., Vitamin D and its implications for musculoskeletal health in women: an update, Maturitas, 2007 June 28, e-pub ahead of print.

[2] LAPPE J. et al., Vitamin D and calcium supplementation reduces cancer risk: results of a randomized trial, Am. J. Clin. Nutr., 2007 June 8, 85(6) : 1586-1591.

[3] CANNELL J.J. et al., Epidemic influenza and vitamin D, Epidemiol. Infect., 2006 Dec., 134(6) : 1129-40.

[4] SCHLEITHOFF S.S. et al., Vitamin D supplementation improves cytokine profiles in patients with congestive heart failure : a double-blind, randomized, placebo-controlled trial, Am. J. Clin. Nutr., 2006 April, 83(4) : 754-9.

[5] PITTAS A.G. et al., The effect of calcium and vitamin D supplementation on blood glucose and markers of inflammation in non-diabetic adults, Diabetes Care, 2007 Feb. 2.

[6] GORHAM E.D. et al., Optimal vitamin D status for colorectal cancer prevention: a quantitative meta analysis, Am. J. Prev. Med., 2007 Mar., 32(3) : 210-6.

SOURCE : Supersmart

Cela pourrait vous intéresser

Nouveaux produits à découvrir