Publicité

Saines habitudes de vie : des disparités surprenantes par pays

4087 vues Temps de lecture : 4 min Réagir

Saines habitudes de vie : des disparités surprenantes par pays

A l'occasion du « Global Wellness Week », Havas Health & You, l'entité récemment lancée qui réunit les organismes de Havas Health avec les pratiques de communication marketing sur la santé des consommateurs dans toutes les sociétés Havas dans le monde entier, a publié un nouveau livre blanc intitulé « Striving for Well » (Œuvrer pour le bien-être), qui examine l'évolution du marché du bien-être et de la santé avec une étude sur la signification du bien-être dans six pays.

Publicité

Le livre blanc examine l'immense économie du bien-être mondial - d'une valeur estimée à 3,72 milliards de dollars en 2015, selon le Global Wellness Institute - qui continue à se développer alors que de plus en plus de personnes adoptent une attitude proactive envers le maintien et l'amélioration de leur bien-être. Le marché du bien-être englobe dorénavant tout, allant de la beauté et l'anti-âge à la nutrition et la médecine personnalisée et au-delà.

Les répondants provenant de six pays - le Brésil, la Chine, la France, l'Inde, le Royaume-Uni et les États-Unis - qui ont été interrogés sur plusieurs aspects de saines habitudes de vie et de mode de vie. Les réponses ont été étonnamment les mêmes dans tous les pays, avec quelques étonnantes exceptions. Parmi les principales constatations, on compte :

Vivre plus longtemps et se sentir mieux à court terme sont interdépendants

Les deux premières motivations que les personnes dans notre sondage ont choisi pour l'adoption de plus saines habitudes de vie afin d'être en forme étaient de « vivre en meilleure santé plus longtemps » et de « se sentir bien dans sa peau ». Les avantages à long terme de vivre plus sainement a été le premier choix dans tous les pays représentés, sauf la France, où l'ordre des deux réponses a été inversé.

Le sommeil est le nouvel exercice

Par rapport à deux ans plus tôt, les personnes interrogées dans tous les six pays ont classé faire plus d'exercice et avoir une bonne nuit de sommeil comme étant des priorités et à parts relativement égales. Trois pays se détachaient avec le suivi étroit en quête de mieux dormir et de plus d'exercice : l'Inde, avec 57 % et 58 %, respectivement ; le Brésil, avec 46 % et 45 %, et les États-Unis, avec 27 % et 31 %.

Les États-Unis ne se classe pas très bien en matière de manger plus sainement

L'Inde, la Chine et le Brésil sont en tête de la liste des pays où les répondants revendiquent manger plus sainement, avec 72 %, 62 % et 61 %, respectivement. La France a terminé quatrième, avec 52 % des personnes interrogées répondant qu'ils mangent plus sainement, tandis que les États-Unis et le Royaume-Uni étaient égaux à 44 % et 43 %, respectivement. Le faible classement des États-Unis, en particulier, peut sembler choquant pour un pays qui possède un accent apparemment fort sur le régime alimentaire et le poids.

No go zone du sucre

Publicité

Quand on leur demande ce qu'ils doivent éviter dans leurs efforts pour être en bonne santé, le sucre est en tête de la liste dans tous les six pays. Le Brésil a mené la charge, avec 49 % des répondants abaissant leur consommation de la substance sucrée. L'Inde est arrivée en deuxième place, à 46 %, avec la Chine suivant à 39 % et la France à 36 %. Les États-Unis et le Royaume-Uni se partagent encore une fois la dernière place à égalité, avec 32 % chacun.

La recherche en santé en ligne est toujours en tête des applis

Même si l'utilisation des applis numériques de santé est en plein essor, plusieurs de nos répondants au sondage ont rapporté faire des recherches sur la santé en ligne contre tirer parti des applis ou des appareils pour surveiller la santé. Aux États-Unis et au Royaume-Uni, les chiffres étaient les plus proches, avec 33 % des répondants américains s'engageant dans la recherche en ligne par rapport à 30 % pour les applis ou les appareils, et 32 % et 28 % au Royaume-Uni, respectivement. Le Brésil a affiché la plus grande disparité, avec de 54 % à 36 % ; la France et la Chine ont affiché une répartition à peu près égale, avec de 41 % à 25 % et de 56 % à 40 %, respectivement. La tranche en Inde était modérée : de 62 % à 52 %.

« Nous savons que la santé et le bien-être ne se produisent pas en vase clos ; ils coexistent selon un continuum — et notre étude le confirme », a déclaré Julie Monroid, associé chez Havas Health & You et directrice générale de xigxag consulting. « Ceci est vrai que vous examiniez la santé du point de vue individuel, du point de vue des patients/consommateurs ou du point de vue commercial. Grâce au leadership éclairé, tel que ce livre blanc, nous nous efforçons de présenter des idées pour être les agents de la transformation pour nos clients du bien-être et de la santé ».

Ce point de vue holistique du bien-être et de la santé appelle tout le monde à jouer un rôle : les gouvernements, les autorités sanitaires et les professionnels de la santé, les employeurs, les collectivités et les particuliers. L'interaction entre ce que les personnes font et ressentent, combinée à leur thérapie, traitement ou régime, améliorera les résultats de bien-être et de santé pour tous.

Publicité

Pour en savoir plus, télécharger la version intégrale de ce livre blanc.

SOURCE : Havas Health & You

Cela pourrait vous intéresser

Publicité