Publicité

Nutriscore est le seul logo officiel d’étiquetage nutritionnel

926 vues Temps de lecture : 5 min Réagir

Nutriscore est le seul logo officiel d’étiquetage nutritionnel

Alors que la mauvaise qualité nutritionnelle d’un trop grand nombre d’aliments industriels est une des causes principales du taux élevé d’obésité, de maladies cardio-vasculaires et de diabète, il importe pour les consommateurs de disposer d’un étiquetage nutritionnel facilement compréhensible, antidote puissant à un marketing l’éblouissant, les tableaux de chiffres réglementaires européens, d’une grande complexité, figurant sur les emballages et incompris par 82 % des consommateurs ne pouvant les guider.

Publicité

Enfin une indication simple et éclairante pour le consommateur en demande d’information sur la qualité nutritionnelle de l’alimentation industrielle : la signature ce matin au Ministère de la Santé, de l’arrêté reconnaissant le Nutriscore comme le seul modèle officiel d’étiquetage nutritionnel simplifié intervient une semaine après le feu vert accordé par la Commission européenne. L’UFC-Que Choisir, pionnière sur ce dossier au côté des sociétés savantes, se félicite de cette avancée significative dans l’information des consommateurs et appelle maintenant les fabricants et distributeurs à adopter sans délai ce modèle.

Les données qui figurent aujourd’hui au dos des produits alimentaires ne permettent pas facilement de se faire une idée de leur qualité nutritionnelle. Il est pourtant nécessaire que l’information nutritionnelle devienne un élément du choix alimentaire au même titre que le prix, la marque, la présentation ou le goût afin de favoriser l’accès à une alimentation équilibrée. C’est dans cette optique que l’article 14 de la loi de Modernisation de Notre Système de Santé du 26 janvier 2016 a prévu que les pouvoirs publics recommandent un système d’étiquetage nutritionnel synthétique, simple et accessible pour tous, figurant sur la face avant des produits.

Nutri-score est le dispositif que les pouvoirs publics ont choisi de recommander à l’issue d’une démarche fondée sur le dialogue avec les parties prenantes. C’est un repère graphique qui synthétise en 5 classes le score nutritionnel des aliments ; sur une échelle de 5 couleurs (du vert foncé au orange foncé), associées à des lettres allant de A (« meilleure qualité nutritionnelle ») à E (« moins bonne qualité nutritionnelle), Nutri-score fournit au consommateur une information lisible et compréhensible sur la qualité nutritionnelle globale des produits, au moment où il fait ses courses. Le consommateur peut donc plus facilement comparer les produits au sein d’un même rayon et orienter ses choix vers des aliments de meilleure qualité nutritionnelle.

L’UFC-Que Choisir s’est mobilisée depuis plus d’une décennie pour réclamer auprès des pouvoirs publics un étiquetage nutritionnel intelligible par tous les consommateurs, et pas les seuls spécialistes, avec notamment le lancement en 2014 d’une pétition au côté de 31 sociétés savantes, puis la publication un an plus tard d’un test sur 300 aliments illustrant la pertinence de ce type d’étiquetage.

Une reconnaissance officielle française et communautaire

Publicité

Le feu vert donné la semaine dernière par la Commission européenne et la signature officielle aujourd’hui par Agnès Buzyn, Stéphane Travert et Benjamin Griveaux font mentir les Cassandres qui, espérant un échec du Nutriscore, proclamaient son incompatibilité avec la réglementation européenne.

« J’ai lancé le mois dernier les travaux d’élaboration de la stratégie nationale de santé (SNS) ; elle nous appelle à développer notre politique de prévention, en agissant sur les déterminants de santé. De ce point de vue, le Nutri-score constitue un outil précieux de prévention. L’alimentation déséquilibrée et le surpoids sont en effet deux facteurs de risque majeurs des cancers et des accidents vasculaires », indique Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé.

Pour Stéphane Travert, « Nutri-score est une réponse très concrète apportée à la demande nos concitoyens et qui permet de replacer l’alimentation au cœur des enjeux de santé publique. En offrant une meilleure information au consommateur, l'étiquetage nutritionnel simplifié va participer à l'évolution des pratiques de consommation et contribuer à l'amélioration de l'offre de produits transformés dans le sens d'une alimentation plus favorable à la santé ».

« Le ministère de l’Economie et des Finances est aussi celui des consommateurs. Il les accompagne dans leur vie quotidienne, notamment grâce au travail des agents de la DGCCRF. Dans cet esprit, le Nutri-score représente une avancée remarquable et intelligente, car la première des protections, c’est l’information », précise Benjamin Griveaux, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Economie et des Finances

Publicité

Nutri-score a fait l’objet d’une concertation avec tous les acteurs économiques ainsi que d’une évaluation dans des conditions réelles d’achat (60 magasins fin 2016) en même temps que les trois autres dispositifs d’étiquetage nutritionnel existants. Les résultats ont montré que Nutri-score est le système le mieux compris et le plus performant pour améliorer la qualité nutritionnelle du panier d’achat de toute la population et davantage encore pour les clients plus défavorisés. Car si les prévalences de surpoids et d’obésité chez les adultes et les enfants demeurent en France plus faibles que dans la plupart des pays européens, les inégalités sociales et territoriales restent importantes.

Mais à rebours de ces avancées, certains professionnels s’obstinent encore à maintenir des étiquetages obsolètes (Mc Donald’s, Quick). Pire, d’autres s’efforcent de développer un modèle en parallèle particulièrement complexe ou basé sur des tailles de portions irréalistes (Coca-cola, Nestlé, Mars, Mondelez, Pepsico et Unilever), initiative visant clairement à jeter le trouble dans l’esprit des consommateurs et contrecarrer l’appropriation du Nutriscore par le plus grand nombre.

Le consommateur armé pour de meilleurs choix alimentaires

Alors que l’opacité de l’offre des produits industriels rend particulièrement ardue la réalisation de l’équilibre nutritionnel au quotidien, le Nutriscore permet aux consommateurs de redevenir pleinement acteurs de leurs choix. Cet outil constitue en outre une véritable incitation pour les professionnels à améliorer leurs recettes. C’est dans ce double objectif, d’information des consommateurs et d’amélioration des produits que l’UFC-Que Choisir :

  • Appelle fabricants et distributeurs à adopter sans délai le ‘Nutriscore’ en l’apposant sur leurs produits, à l’instar des engagements déjà pris par Auchan, Fleury-Michon, Intermarché, et Leclerc,
  • Invite, dans cette attente, les consommateurs à consulter gratuitement son test sur 300 produits et à utiliser son calculateur nutritionnel basé sur le Nutriscore (*).

Ainsi que l’impose la réglementation européenne, l’application du système d’information nutritionnelle est facultative et repose sur le volontariat des entreprises de l’agroalimentaire et des distributeurs. Toute entreprise éligible, souhaitant utiliser la marque doit notifier son intention à Santé publique France en s’enregistrant sur le site tps.apientreprise.fr.

(*) L’algorithme du calculateur nutritionnel, consultable sur le site quechoisir.org, est conforme aux dispositions du projet d’arrêté définissant le nouvel étiquetage officiel français. Pour le moment, il conserve le visuel du modèle ‘5C’ proposée en 2015 par le Prof. S. HERCBERG. Ce visuel est cependant très proche et en cohérence avec celui retenu pour le modèle officiel Nutriscore.

(D'après les communiqués du Ministère des Solidarités et de la Santé et d'UFC-Que Choisir)

SOURCE : Toute la diététique !

Cela pourrait vous intéresser

Publicité