Publicité

Les secrets du microbiote

1472 vues Temps de lecture : 3 min Réagir

Les secrets du microbiote

Le microbiote est un écosystème complexe composé de l’ensemble des bactéries qui vivent dans une certaine harmonie au sein de notre tube digestif. Il constitue véritablement un organe à part entière, qui participe aux fonctions digestives et physiologiques de l’organisme.

Publicité

Microbiote ou flore intestinale ?

Il n’y a pas si longtemps, on l’appelait la flore intestinale. Dans un passé récent, ce fut la microflore (« petite fleur »). Le nom était plus poétique, il évoquait des odeurs sans rapport avec le sujet et prêtait donc à confusion. On l’appelle aujourd’hui très scientifiquement le « microbiote », ce qui veut dire littéralement le « petit vivant ».

Deux dénominations pour une même réalité : celle de l’ensemble des bactéries, unique pour chacun de nous, véritable signature de la naissance à l'âge adulte, qui joue un rôle majeur pour notre bien-être et notre santé.

De très nombreuses études mettent aujourd'hui en lumière son rôle dans l’obésité et de nombreuses maladies métaboliques tel que le diabète de type 2 ou bien les maladies cardiovasculaires.

Le microbiote en chiffres

  • 100 000 milliards : c’est le nombre de bactéries qui peuplent notre microbiote, soit dix fois plus que toutes les cellules du corps. Trois genres (des « phyla ») regroupent la majorité des bactéries : Firmicutes, Bactéroidetes, Actinobactéria.
  • 99,9% des bactéries de notre environnement sont neutres ou bénéfiques.
  • 70 % de nos cellules immunitaires sont dans notre tube digestif, en interaction avec le microbiote.
  • 500 à 1500 g : c’est le poids du microbiote d’une personne adulte.
  • 50 % du poids de nos selles est constitué de bactéries.

Que sait-on du microbiote aujourd’hui ?

Publicité

Chaque individu héberge un microbiote spécifique, qui se crée peu à peu et arrive à maturité à l'âge de deux ans environ. Il n’évolue ensuite quasiment plus jusqu’au début du vieillissement mais son équilibre peut être perturbé par les changements alimentaires, la prise d’antibiotiques, une chirurgie bariatrique, des pathologies (gastroentérites...).

Il permet entre autres :

  • d’assurer la maturation, le développement et la vascularisation, du système intestinal (angiogénèse),
  • de digérer les nutriments qui n’ont pu être assimilés dans la partie haute de l’intestin,
  • de synthétiser des produits comme les vitamines,
  • de détoxifier des composés potentiellement toxiques,
  • d’assurer une barrière contre la colonisation par des agents pathogènes, • de stimuler le système immunitaire...

Jusqu’à récemment, les chercheurs rencontraient des limites techniques à l’étude du microbiote, deux tiers des bactéries ne pouvant être cultivées en présence d’oxygène. Le séquençage génétique rend désormais possible l’étude de leur génome, ce qui révolutionne la compréhension de certaines pathologies. Ce séquençage a également montré que les êtres humains pourraient être classés en 3 groupes en fonction de la composition bactérienne de leur microbiote.

Ces "entérotypes" pourraient à terme être utilisés pour diagnostiquer ou évaluer le risque de pathologies (cancers colorectaux, diabète, maladies cardiovasculaires...). Enfin, certaines études commencent aussi à montrer un impact sur le psychisme (comportement de crainte, d’audace ou de stress sur des modèles animaux, dotés ou non de microbiote).

Publicité

SOURCE : Alexandre Glouchkoff

Cela pourrait vous intéresser

Publicité