Les produits laitiers allégés sont-ils meilleurs pour la santé ?

Temps de lecture : 5 min

Les produits laitiers allégés sont-ils meilleurs pour la santé ?

Au rayon des produits laitiers, du lait ou du fromage, êtes-vous plutôt version normale ou version « allégée en matières grasses » ? Moins de gras, c’est toujours mieux, non ? Mais qu’en est-il des bonnes choses contenues initialement dans ces aliments ? Sont-elles toujours présentes dans les versions allégées ?


Il a donc été demandé à cinq experts si les produits laitiers allégés étaient réellement meilleurs pour la santé et seulement trois sur cinq estiment que oui.

Caryl Nowson, Nutritioniste

Passer de produits laitiers entiers à des produits allégés en matières grasses diminue l’apport énergétique, ce qui permet de prévenir le gain de poids et de réduire l’apport de graisses saturées (ces dernières augmentent le taux de cholestérol sanguin, ce qui accroît le risque de maladies cardio-vasculaires). Réduire sa consommation de graisses saturées peut donc aider à réduire le risque d’infarctus et d’accident vasculaire.

Malcolm Riley, Épidémiologiste

Les produits laitiers allégés sont parfaits pour les personnes qui veulent réduire leur consommation de graisses alimentaires — ils présentent la plupart des avantages nutritionnels des aliments laitiers, tout en comportant 25 à 100 % de matières grasses en moins que leurs équivalents ordinaires. Les directives diététiques australiennes recommandent de consommer principalement du lait, du yaourt et du fromage (ou des substituts) à teneur réduite en matières grasses (ndlr : en France, le programme national nutrition santé recommande de consommer yaourt, lait, fromage blanc et fromages, mais de se méfier de la crème fraîche, du beurre et des desserts lactés tels que crèmes desserts ou flans).

En ce qui concerne les produits laitiers, les termes « léger » ou « allégé » font le plus souvent référence aux matières grasses. Selon la législation australienne sur l’étiquetage des aliments, pour utiliser ces termes, un aliment doit contenir au minimum 25 % de moins d’un composant spécifique que l’aliment de référence (ndlr : en France, le cadre réglementaire est fixé par le règlement européen (CE)n°1924/2006, qui précise que pour pouvoir affirmer qu'un produit est « réduit » en un nutriment, la teneur de ce dernier doit être réduite d'au moins 30 % par rapport à un produit similaire — le seuil de 25 % reste toutefois admissible pour le sel).

Il est important de noter que, même s’ils sont « légers », les produits laitiers portant cette dénomination peuvent être plus riches en certains nutriments, comme le sucre (plus faible en gras ne signifie pas nécessairement plus faible en énergie). Ils peuvent par ailleurs rester riches en gras (comme dans le cas de la crème « légère »). Il est donc toujours utile de lire attentivement le tableau nutritionnel d’un aliment, ainsi que la liste des ingrédients qui le compose.

Nicholas Fuller, Expert de l’obésité

Qu’ils soient entiers ou faibles en gras, les produits laitiers présentent les mêmes avantages pour la santé cardiaque. Ilest surtout important de faire figurer des produits laitiers dans son alimentation, ou bien des substituts appropriés, enrichis en calcium, comme le soja. Toutefois, l’accent devrait plutôt être mis sur l’inclusion de lait et de yaourt que de fromage.

Les produits laitiers faibles en gras ont la même valeur nutritive — protéines et calcium — que les autres, mais contiennent en général moitié moins de calories. Tant que nous n’avons pas de certitude quant à la différence d’impact entre les produits « entiers » et produits à faible teneur en gras sur notre poids et notre tour de taille, mieux vaut s’en tenir, dans le cadre de l’alimentation quotidienne, à des produits écrémés ou peu gras.

Evangeline Mantzioris, Experte alimentation

Il s’agit d’une question complexe, car deux facteurs sont à prendre en considération. Le premier est le nombre plus important de kilojoules que contiennent les produits laitiers classiques, comparés aux produits laitiers à faible teneur en gras. Lesdits produits laitiers ordinaires peuvent en effet contenir substantiellement plus de matières grasses que les produits allégés, ce qui peut avoir un effet conséquent en termes de gestion du poids. Le second facteur est l’impact du type de graisse sur la santé. En effet, les graisses contenues dans les produits laitiers sont généralement des graisses saturées.

Une étude récente, reposant sur un suivi de consommateurs qui a duré 22 ans, n’a établi aucun lien négatif entre la santé cardiaque et la consommation de produits laitiers. Par ailleurs, la présence d’un certain type d’acide gras dans les produits laitiers a pu être reliée à une diminution du risque de décès par maladie cardiaque et par accident vasculaire cérébral. Une autre étude n’a révélé aucune différence entre les taux de mortalité et de maladies cardiaques et la consommation de produits laitiers à haute teneur en gras ou à faible teneur en gras. Les données actuelles suggèrent donc que consommer des produits laitiers « légers » ne fait aucune différence en termes de risque de maladie cardiaque ou de décès prématuré. Néanmoins, pour les personnes qui cherchent à mieux gérer leur poids, la différence en kilojoules peut avoir un impact significatif.

Robyn Delbridge, Diéticienne

Lorsqu’on considère le lait, le fromage et le yaourt, les produits laitiers « légers » ne sont pas nécessairement meilleurs que les produits laitiers entiers. Les directives diététiques australiennes recommandent de privilégier des aliments à teneur réduite en matières grasses, et citent comme principales raisons pour justifier ce choix le nombre de kilojoules et la quantité de graisses saturées.

Il existe des données probantes établissant l’intérêt de la consommation de lait, de fromage et de yaourt, qui constituent d’importantes (et, qui plus est, pratiques) sources de calcium, de protéines ainsi que de vitamines et de minéraux. Les résultats publiés au cours des dix dernières années remettent en question le message prédominant concernant l’importance des faibles teneurs en gras. Une étude menée dans 21 pays a ainsi révélé qu’une consommation accrue de produits laitiers était associée à un risque moindre de décès et de maladies cardiaques, en particulier d’accidents vasculaires cérébraux.

D’autres données tout aussi probantes suggèrent que les produits laitiers, quelle que soit leur teneur en matières grasses, présentent un risque minimal d’effets nocifs potentiels en ce qui concerne le mauvais cholestérol, l’hypertension artérielle, la résistance à l’insuline ou le risque de décès par cancer. Les produits laitiers fermentés tels que le yaourt, le kéfir et le fromage peuvent même être bénéfiques pour la santé cardiaque. En définitive, le choix entre des produits entiers ou allégés devrait se faire en fonction du régime alimentaire global, plutôt qu’en fonction d’une aversion historique à l’égard des produits laitiers entiers.

La version originale de cet article a été publiée en anglais.

(Par Alexandra Hansen, Health + Medicine Section Editor/Chief of Staff, The Conversation et Lionel Cavicchioli, Chef de rubrique Santé)

The Conversation

SOURCE : The Conversation

Nouveaux produits à découvrir

Cela pourrait vous intéresser