Publicité

La pleine conscience pour réduire les addictions

1286 vues Temps de lecture : 3 min

La pleine conscience pour réduire les addictions

Les chercheurs de City, University of London ont découvert que les exercices de pleine conscience peuvent bloquer l'envie de consommer de la nourriture, de l'alcool ou des cigarettes...

Publicité

Les stratégies de « mindfulness » peuvent aider à prévenir ou à mettre fin aux envies de nourriture et de substances qui peuvent créer de la dépendance, telles que les cigarettes et l'alcool, en occupant une mémoire à court terme, selon une nouvelle étude de City, University of London.

En regardant des études expérimentales qui ont examiné les effets de différents types de stratégies de pleine conscience sur les fringales, il a été constaté que dans de nombreux cas, ces stratégies ont entraîné une réduction immédiate de l'état de manque. La recherche a été publiée dans Clinical Psychology Review.

L'envie peut être définie comme un désir intense et conscient, généralement pour consommer une drogue ou un aliment spécifique. Il existe également un important corpus de recherche qui suggère qu'elle est causalement liée au comportement. Par exemple, l'état de manque prédit des épisodes de rechute dans la consommation de substances créant de la dépendance et les fringales prédisent à la fois le fait de manger et le gain de poids. En tant que tel, les envies sont souvent considérées comme une cible appropriée pour l'intervention.

La méditation de pleine conscience est utilisée depuis longtemps pour gérer les envies. Selon les anciens textes bouddhistes, le désir engendre la souffrance mais peut être évité grâce à la pratique de la méditation de pleine conscience. Plus récemment, des interventions basées sur la pleine conscience ont été utilisées pour cibler explicitement les envies, dans le but d'apporter des changements cliniquement pertinents au comportement.

Les interventions de pleine conscience utilisent généralement différents types de stratégies, par exemple des exercices conçus pour promouvoir une plus grande conscience des sensations corporelles, pour développer une attitude d'acceptation envers les sentiments inconfortables ou pour aider les individus à se détacher de leurs pensées et émotions.

Publicité

Cependant, il existe actuellement une compréhension limitée des façons dont ces différents types de stratégies peuvent influencer les résultats liés à l'envie. En conséquence, la recherche visait à répondre à ces limites en analysant des études qui ont examiné les effets indépendants de la pleine conscience sur l'état de manque.

En examinant 30 études qui répondaient aux critères, on a constaté que certains des effets bénéfiques observés pour les stratégies de pleine conscience par rapport à l'envie proviendraient probablement d'une interruption de l'envie en chargeant la mémoire de travail, une partie de notre mémoire à court terme qui concerne le traitement perceptif et linguistique conscient immédiat.

En outre, il a également été observé que la pleine conscience réduisait le besoin impérieux à moyen terme, très probablement en raison de «processus d'extinction»; essentiellement des stratégies qui entraînent chez l'individu l'inhibition des réactions et des comportements liés à l'envie ce qui entraîne éventuellement une réduction de ces envies.

Le Dr Katy Tapper, auteur de l'article et maître de conférences au département de psychologie de City, University of London, affirme :

« La recherche suggère que certaines stratégies fondées sur la pleine conscience peuvent aider à prévenir ou à interrompre les envies en occupant une partie de notre esprit qui contribue au développement des envies. Que les stratégies de pleine conscience soient plus efficaces que les stratégies alternatives, comme l'imagerie visuelle, cela n'a pas encore été démontré. Cependant, il y a aussi des preuves suggérant que s'engager dans une pratique régulière de la pleine conscience peut réduire la mesure dans laquelle les gens ressentent le besoin de réagir à leurs envies, bien que d'autres recherches soient nécessaires pour confirmer un tel effet. »

(D'après Tapper, K. (2017). Mindfulness and craving: effects and mechanisms. Clinical Psychology Review, 59, pp. 101-117. doi: 10.1016/j.cpr.2017.11.003)

SOURCE : City, University of London

Publicité

Cela pourrait vous intéresser

Publicité
Publicité