Publicité

Étiquetage nutritionnel : l'industrie propose son propre logo

4539 vues Temps de lecture : 2 min Réagir

Étiquetage nutritionnel : l'industrie propose son propre logo

Ce jeudi 9 mars, six multinationales de l'agroalimentaire (Coca-cola, Mars, Mondelez, Nestlé, Pepsi et Unilever) ont annoncé qu'elles allaient lancer leur propre logo pour étiqueter leurs boissons et leurs aliments. A quelques jours des conclusions de l'étude en « conditions réelles d'achat » effectuée en France... Réaction de l'eurodéputée écologiste Michèle Rivasi.

Publicité

« En 2010, l'industrie avait déjà réussi à faire capoter un projet européen d'étiquetage « feu tricolore » pour informer les consommateurs de la quantité de sucre, de gras et de sel présents dans leurs aliments. À grands coups de centaines de millions d'euros investis dans le lobbying, les géants de l'agroalimentaire étaient parvenus à faire plier une majorité de députés de justesse. Ce n'est visiblement pas suffisant pour eux et ils proposent même maintenant de faire la loi en lançant leur propre logo. On n'est jamais aussi bien étiqueté que par soi-même.

Pour nous pseudo-informer, l'industrie a tout prévu. Elle entend lancer un étiquetage couleurs, inspiré des « Traffic Light » du Royaume-Uni, dont on devrait se réjouir, mais en retravaillant les seuils pour diminuer le nombre de nutriments classés en rouge en calculant non pas un seuil pour 100 g mais pour une portion, selon les informations de plusieurs experts qui suivent le dossier.

Selon Mike Gibney, Professeur d'Alimentation et Santé à l'Université College de Dublin, « le contrôle des portions est essentiel pour les stratégies de gestion du poids, et donc l'étiquetage nutritionnel par portion est logique. L'absence de portions légalement normalisées dans l'UE ne devrait pas nous empêcher de construire un système robuste basé sur une portion qui reflète mieux la consommation réelle. »

En revanche pour Serge Hercberg, épidémiologiste de la Nutrition à l'Université Paris 13, « la notion de portion est utilisée ici comme un alibi pour soutenir une alternative plus favorable aux fabricants industriels qui, de plus, sont ceux qui définissent les portions ! Cela leur permettra ainsi de repositionner plus favorablement des produits moins bien placés en utilisant la version originale des « Traffic Light. »

Cette initiative intervient quelques jours avant que la France se prononce sur la pertinence d'un logo nutritionnel. Les écologistes exigent que les autorités publiques ne se satisfassent pas de la proposition des industriels et qu'elles mettent en place le logo le plus clair pour informer les consommateurs au mieux. »

(D'après Michèle Rivasi, députée européenne EELV, biologiste agrégée, co-auteure du livre Le Racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir)

Publicité

SOURCE : Toute la diététique !

Cela pourrait vous intéresser

Publicité