Publicité

Bien vieillir et santé : les seniors se donnent entre 5 et 15 ans de moins que leur âge !

1067 vues Temps de lecture : 4 min Réagir

Bien vieillir et santé : les seniors se donnent entre 5 et 15 ans de moins que leur âge !

La seconde édition du baromètre santé CCMO Mutuelle a dévoilé, dans le cadre d'un sondage réalisé en avril 2017 auprès de Français de 58 à 68 ans, en activité ou retraités, leurs perceptions sur le bien vieillir, leurs pratiques et retours d'expérience sur la retraite. L'analyse qui en découle a révélé qu'ils se trouvent en bonne santé, estiment bien vieillir et déclarent même majoritairement se sentir plus jeunes que leur âge.

Publicité

En avril 2015, CCMO Mutuelle fait appel au cabinet d'études indépendant Occurrence pour mener une enquête auprès de 600 seniors âgés de 58 à 68 ans, en activité ou retraités. Deux ans après, elle le sollicite de nouveau pour réaliser la 2ème édition de Santé-vous bien ! Un questionnaire d'une dizaine de minutes est administré entre le 27 avril et le 15 mai 2017. Mélissa Petit, docteur en sociologie (Paris), spécialisée dans l'étude des seniors et l'intergénération, apporte son regard d'expert sur les résultats.

Bien vieillir

Des seniors Français qui semblent très à l’aise avec leur vieillissement : 93% considèrent qu’ils vieillissent bien, 89% se sentent plus jeunes physiquement et mentalement que leur âge réel, 7 seniors sur 10 estiment même se sentir plus jeunes d’au moins 5 ans !

89% de seniors se sentent plus jeunes physiquement et mentalement que leur âge réel : l’âge réel correspond à l’âge chronologique alors que l’âge perçu est celui que l’individu considère subjectivement être le sien. Il le construit à partir de son expérience, des questions suscitées par la conscience de son vieillissement, mais aussi du rapport que la société entretient avec l’âge.

Parmi ces 89%, 7 sur 10 s’attribuent entre 5 et 15 ans de moins. L’individu n’a pas l’impression que les rôles qu’il joue à 60 ans sont ceux que la société associe à son âge, celui de la retraite. Le soixantenaireest pleinement participatif et acteur de son environnement.

Les médias et les publicités influencent également ce décalage avec l’injonction d’un jeunisme ambiant. Le jeunisme introduit une vision péjorative de l’âge et valorise la jeunesse de manière excessive au point de devenir un modèle obligé.

Les leviers du « bien vieillir » ne sont ni l’engagement dans une vie associative ni la continuation du travail mais plutôt prendre du bon temps, avoir une vie sociale, avoir de l’argent, être entouré et ne faire que ce qui vous intéresse...

Publicité

Les individus aspirent de plus en plus à une conception universelle dans les produits et les services qu’on leur propose et souhaitent de moins en moins être catégorisés par leur âge. Autrement dit, pour bien vieillir, les 58-68 ans souhaitent prendre du temps pour eux, vivre dans une forme d’hédonisme partagée et décomplexée.

Ils réalisent des activités à petite doses: à cet égard, ils ne s’investissent que quelques heures bien définies par semaine dans de multiples activités sans être obligés de rendre des comptes. Dorénavant, ils veulent davantage penser à eux et profiter des moments agréables avec leurs proches, leur conjoint selon les cas et/ou leurs petits-enfants.

Et la santé ?

La santé pour les 58-68 ans rime avec la notion de bien vivre, qui lie à la fois la santé physique, mentale et relationnelle. Les seniors Français se trouvent en bonne santé à 88% :

  • Ils y veillent majoritairement en mangeant plus sainement (67%) et en limitant les excès (60%)
  • Mais aussi en maintenant une vie sociale active (47%) qui surpasse ainsi la pratique de sports (46%)

Pour plus de 60% d’entre eux, ils ont recours aux médecines alternatives. Les médecines douces proposent en effet une réponse alternative plus adaptée aux problématiques de santé de l’individu. On entre dans un véritable changement de paradigme avec le refus de prendre systématiquement des médicaments dès qu’une douleur survient par exemple. Cette volonté d’agir pour un mieux-être s’intègre dans une démarche de prévention générale.

Publicité

Ils sont également bienveillants concernant l’essor de la santé connectée, même s’ils ne sont que 25% à utiliser des objets connectés... Ces résultats confirment tout à fait ceux de l’étude de l’Institut Français des Seniors de 2016 : près d'un tiers des 50ans et plus a déjà utilisé des objets connectés (souvent le podomètre) et semble y trouver une vraie valeur ajoutée puisque 81% les emploient toujours. Avec ces objets, les individus vont vers une numérisation d’eux-mêmes et de leur corps. On parle de « quantified self », c’est-à-dire d’une « auto-mesure de soi », une quantification et une meilleure connaissance de soi-même en découvrant les mesures de son corps.

7 seniors Français sur 10 sont convaincus de la nécessité d’investir dans une complémentaire santé et ils sont 88% à être satisfaits des prestations de leur complémentaire santé.

Conclusion

Globalement, les seniors de la tranche d’âge 58-68 ans sont heureux de vivre et se considèrent en bonne santé, 7 seniors sur 10 se sentant même 5 à 15 ans plus jeunes ! Cependant, tous ne sont pas égaux devant la retraite. Le « bien-vivre » dépend parfois de la catégorie socio-professionnelle. Ainsi, avoir de l’argent constitue un atout non négligeable pour bien aborder cette période, associé à une vie sociale développée.

La période d’âge entre 58 et 68ans implique deux situations de vie : la fin de carrière professionnelle et l’entrée dans la retraite. Cette transition travail-retraite nécessite une réorganisation des temps de la vie quotidienne et des activités qui ne se concrétise pas de la même manière pour chaque individu.

(Occurrence pour CCMO Mutuelle – Etude « bien vieillir » 2ème édition – Juin 2017)

SOURCE : Baromètre santé CCMO Mutuelle

Cela pourrait vous intéresser

Publicité