Publicité

Après le bon et le mauvais cholestérol, le bon et le mauvais HDL ?

6699 vues Temps de lecture : 2 min Réagir

Une élévation du cholestérol HDL (HDL-C) diminue l'incidence d'événements coronariens et la progression de l'athérosclérose. Il est couramment admis que toute augmentation du HDL s'accompagne d'un bénéfice pour la santé. Comment expliquer alors que chez les gros consommateurs d'alcool, le HDL-C ne s'accompagne pas d'une réduction de la mortalité coronarienne ?

Publicité

Dans ce cas, l'alcool élève les concentrations de HDL, mais aussi des enzymes hépatiques. L'étude prospective de Kuopio (Finlande), porte sur 2464 hommes âgés de 42 à 60 ans examinés entre 1984 et 1989 et suivis sur 12,4 ans en moyenne (24). Les sujets ont été répartis en fonction de l'activité de la gamma-glutamyl transferase (gamma GT) à l'inclusion.

Chez les individus à activité élevée (>60 IU/l, n=211) la consommation moyenne d'alcool s'élevait à 172 g/semaine, contre 67g/semaine pour les sujets à activité gamma GT normale (n= 2253). Chez ces derniers on observe une diminution de 47% du risque d'événements coronariens pour chaque mmol/l de HDL-C.

Au contraire, chez les individus à gamma GT élevée, le risque est multiplié par 3 par mmol/l de HDL. La prise en compte de tous les facteurs mesurés (âge, tabagisme, apolipoprotein B etc., y compris la consommation d'alcool) ne modifie pas ce résultat.

De la même manière, le risque relatif de mortalité coronarienne ou cardiovasculaire ou toutes causes est significativement différent entre les 2 groupes. Ainsi, en présence d'une élévation des enzymes hépatiques, des concentrations élevées de HDL ne sont pas cardio-protectrices, au contraire. Le HDL cholestérol serait alors un marqueur de l'atteinte hépatique et ne fonctionnerait pas (ou mal) dans le transport inverse du cholestérol (son rôle d'« éboueur ») ou comme anti-oxydant.

Publicité

Si cette étude est confirmée, le bilan hépatique devrait être publié dans les essais cliniques avec les hypolipémiants. Il faudra également analyser comment des modifications hépatiques peuvent annuler ou diminuer l'efficacité antiathérogene de ces médicaments..

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité