5       

Inactivité physique et sédentarité : du concept socio-écologique à la preuve physiopathologique

L'activité de recherche du Pr. Chantal Simon, lauréat 2014 du Prix Benjamin Delessert, est centrée de longue date sur l'activité physique et la sédentarité en lien avec le la santé cardiovasculaire et métabolique, et un intérêt particulier pour la mesure objective de ces comportements en condition de vie réelle et pour leurs déterminants notamment environnementaux. A travers les résultats de l'étude ICAPS, elle est l'une des premières à avoir démontré l'intérêt de la promotion de l'activité physique pour la prévention de l'excès de poids chez l'adolescent, avec des résultats qui se maintiennent plus de deux ans après la fin de l'intervention.

  Lire la suite    

   lu 47 fois         

Un régime alimentaire proche du jeûne réduit les effets de l'âge

Un régime alimentaire temporaire reproduisant les effets du jeûne complet provoque des changements cellulaires favorables à la santé et ralentit le vieillissement comme ce qui est normalement observé après plusieurs jours de régime ...

   lu 17 fois         

Du sport sur ordonnance dès le 1er mars

En fin d'année dernière, un décret autorisant les médecins à prescrire la pratique d'une activité sportive à leurs patients atteints d'une affection de longue durée paraissait au Journal officiel. À partir du 1er mars, les ...

   lu 9 fois         

Intolérance au lactose : mythe ou réalité ?

Si l'intolérance au lactose, fréquente, n’est plus sous-estimée, certains suppriment à tord les produits laitiers. Compte tenu de conséquences nutritionnelles néfastes, l’objectif unique doit être d’améliorer la tolérance ...

   lu 6 fois         

Quels bénéfices d'une alimentation riche en produits bio ?

Les produits issus de l'agriculture biologique sont plébiscités par les Français, qui en veulent même davantage selon un sondage réalisé pour l'Agence BIO. Le souhait de préserver sa santé est la première des raisons évoquées, ...

   lu 4 fois         

Les bons élèves fument moins mais boivent plus

Une étude britannique, publiée dans le BMJ, constate que les élèves meilleurs en classe sont moins susceptibles de fumer que leurs collègues moins bons, mais consomment davantage d'alcool et de cannabis, et ce jusqu'à l'entrée dans ...

Cela pourrait vous intéresser