21       

Agir sur les individus ou sur l’environnement pour modifier le comportement alimentaire ?

Les enfants sont de petits consommateurs de fruits et légumes. En France, la moyenne de consommation est de 146,7 g/j pour les 3-17 ans, bien loin des 400 g recommandés. Or, il est nécessaire d’augmenter ce volume, sachant qu’une consommation conforme aux recommandations dès l’enfance augmente la probabilité de 2 à 6 de suivre les recommandations à l’âge adulte. Même si l’objectif est clair, on peut légitimement se poser la question du meilleur moyen pour cibler le comportement des enfants : agir sur l’individu en le responsabilisant ou en orientant ses choix, ou jouer sur son environnement.

  Lire la suite    

   lu 73 fois         

Un régime alimentaire proche du jeûne réduit les effets de l'âge

Un régime alimentaire temporaire reproduisant les effets du jeûne complet provoque des changements cellulaires favorables à la santé et ralentit le vieillissement comme ce qui est normalement observé après plusieurs jours de régime ...

   lu 23 fois         

Du sport sur ordonnance dès le 1er mars

En fin d'année dernière, un décret autorisant les médecins à prescrire la pratique d'une activité sportive à leurs patients atteints d'une affection de longue durée paraissait au Journal officiel. À partir du 1er mars, les ...

   lu 12 fois         

Intolérance au lactose : mythe ou réalité ?

Si l'intolérance au lactose, fréquente, n’est plus sous-estimée, certains suppriment à tord les produits laitiers. Compte tenu de conséquences nutritionnelles néfastes, l’objectif unique doit être d’améliorer la tolérance ...

   lu 10 fois         

Quels bénéfices d'une alimentation riche en produits bio ?

Les produits issus de l'agriculture biologique sont plébiscités par les Français, qui en veulent même davantage selon un sondage réalisé pour l'Agence BIO. Le souhait de préserver sa santé est la première des raisons évoquées, ...

   lu 6 fois         

Les bons élèves fument moins mais boivent plus

Une étude britannique, publiée dans le BMJ, constate que les élèves meilleurs en classe sont moins susceptibles de fumer que leurs collègues moins bons, mais consomment davantage d'alcool et de cannabis, et ce jusqu'à l'entrée dans ...

Cela pourrait vous intéresser