Vraies fausses idées sur les régimes protéinés

lu 6776 fois

Il y a quelques jours, la nutritionniste Marie-Josée LeBlanc, nutritionniste à l’Université de Montréal au Québec (Canada), mettait en garde contre des régimes protéinés pauvres en glucides [1]. Insudiet, n°1 en France du régime protéiné et pionnière dans la prise en charge globale du surpoids, atteste bien que sans encadrement médical adapté et si le régime n’est pas supplémenté, des carences en vitamines, minéraux et fibres peuvent apparaitre.

Les fondements des régimes protéinés apparaissent en 1920 pour connaître une ascension dans les années 70. Aujourd’hui, il existe de nombreux régimes dits protéinés qui n’ont pas pour autant les mêmes effets sur le corps ni les mêmes résultats. Afin de rendre plus clairs les aprioris sur la diète protéinée, Insudiet répond aux questions les plus fréquentes.

Les régimes protéinés sont trop restrictifs et dangereux pour la santé

Vrai, si le régime est restrictif et réalisé sans suivi médical, et si l’alimentation n’est pas assez riche en acides gras essentiels, vitamines et minéraux. Ces carences peuvent conduire à une baisse de tension, une constipation, une chute de cheveux et des crampes musculaires.

Faux, si l’alimentation est enrichie en nutriments essentiels et si les apports de protéines sont intégrés dans un programme médicalisé, comme c’est le cas avec la méthode Insudiet. Les nutriments indispensables pour couvrir les besoins nutritionnels sont les protéines, les acides gras essentiels, les vitamines et minéraux. Un régime protéiné bien encadré doit amener une amélioration des paramètres de santé : cholestérol, glycémie, hypertension, triglycérides...Avec des apports d’acides gras essentiels, il prévient du vieillissement et des maladies cardio-vasculaires et des fonctions vitales telles que l’immunité, la fluidité et le développement cérébral.

Les protéines c’est mauvais pour les reins !

Faux. Dans un programme Insudiet, l’apport en protéines est d’au moins 80 g par jour (soit 4 sachets protéinés Insudiet). Celui-ci correspond à un apport compris entre 1 et 1.5 g / kg de poids santé / j. Or, en l’absence d’insuffisance rénale, l’AFSSA [2] précise en 2007, dans son rapport sur les protéines, qu’un apport de ce niveau n’est pas dangereux pour les reins. Dans le cadre d’une méthode médicalisée, un bilan permet de détecter une anomalie et d’adapter le programme si besoin.

Les régimes protéinés apportent trop de protéines !

Vrai, dans le cas d’un régime hyperprotéiné apportant plus de 2 g de protéines /kilo de poids santé / jour tel que suggéré dans le rapport de l’ANSES du 25 novembre 2010. En effet, la quantité de protéines est alors bien supérieure aux besoins. Suivi sur une longue période, ce type de régime sollicite fortement les reins.

Faux, si le régime protéiné répond uniquement aux besoins en quantité de protéines. Les médecins formés à la méthode Insudiet orientent leurs patients vers la quantité adéquate.

Les besoins théoriques en protéines varient selon la situation :

  • pour rester à son poids actuel, ce besoin est de 1 g/kilo de poids actuel
  • pour perdre du poids, ce besoin passe à :
    • 1,2 g/kilo de poids santé/jour
    • 1,5 g/kilo de poids santé/jour si IMC > 35 ou grand sportif

Perdre du poids trop rapidement est dangereux pour la santé !

Vrai, si le régime est réalisé en dehors de tout encadrement et si la perte de poids se traduit par une fonte de la masse musculaire.

Faux, si la perte de poids se fait essentiellement aux dépens de la masse grasse et préserve les muscles ainsi que les organes vitaux grâce à l’apport approprié en protéines. C’est ce qui est garantit avec la méthode Insudiet. Plus la perte de poids est importante, meilleure est la motivation à court terme (abandons moins fréquents) et sur le long terme (communication réalisée en Suède, au Congrès international sur l’obésité en 2010).

Perdre du poids trop vite fait fondre les muscles !

Vrai, si le régime n’apporte pas assez de protéines. En effet, pendant un jeûne, les glucides ne sont pas disponibles en quantités suffisantes, ce sont majoritairement les acides aminés composant les muscles qui subissent une dégradation oxydative pour fournir l’énergie.

Faux, si l’apport en protéines alimentaires couvre l’augmentation des besoins, les muscles sont préservés. Ce point a été démontré par de nombreuses études scientifiques et n’est plus aujourd’hui remis en cause.

Les régimes protéinés, c’est l’effet YO-YO garanti

Vrai, si le régime protéiné est fait en dehors de tout encadrement médical

Faux, le maintien de la masse musculaire dans un régime protéiné bien encadré permet de prévenir l’effet yoyo. Dans un régime hypocalorique classique, la perte de masse musculaire augmente les risques sur la santé et amplifie l’effet yo-yo.

La reprise de poids s’explique par 2 facteurs qui sont « nutritionnel » et « comportemental ». Le premier correspond à une reprise des anciennes habitudes alimentaires entraînant un déséquilibre au niveau de la balance énergétique. Le second coïncide avec le manque de la prise de conscience des causes de la prise de poids, la mauvaise gestion des émotions, la conservation des mauvaises attitudes.

Avec une bonne hygiène de vie et un accompagnement psycho-comportemental, le risque de reprise de poids est limité. Seule une prise en charge globale comportant la nutrition et l’accompagnement favorise une perte de poids durable avec 4 règles :

  1. Avoir appris à gérer ses émotions et son comportement lors de sa démarche de perte de poids.
  2. Poursuivre l’accompagnement pour maintenir sa motivation.
  3. Modifier ses habitudes alimentaires.
  4. Conserver une bonne hygiène de vie par une activité physique régulière.

Un régime accroît les risques d’ostéoporose

Vrai. C’est d’ailleurs un risque reporté récemment par l’étude de Campbell W.W. et al. (2010) et dans le rapport de l’ANSES (2010). Si le régime protéiné n’est pas accompagné d’aliments alcanisants, il est effectivement fortement « acidifiant » et donc entraîne une déminéralisation osseuse. .

Faux. Si le régime protéiné est associé à des éléments anti-acidifiants, c'est-à-dire alcanisants, comme les bicarbonates contenus dans les légumes et dans l’eau du type Donat Mg®, ce risque est réduit. C’est pourquoi les médecins recommandent 2 verres de Donat mg® par jour lors des 1ères phases du régime Insudiet. Par ailleurs, l’AFSSA évoque même les effets bénéfiques d’un régime riche en protéines sur l’os (extrait de la synthèse du rapport p. 28, les régimes riches en protéines). Les protéines apportent des acides aminés permettant de renouveler le collagène, élément constituant de l’os. Il est également important de préciser qu’une perte de poids améliore les problèmes articulaires rencontrés chez les personnes obèses ou en surpoids

Un régime accroît les risques de carence

Vrai. Si le régime protéiné n’est pas supplémenté, des carences en vitamines, minéraux et fibres sont possibles. Cela peut induire une baisse de tension, une constipation, une chute des chevaux des crampes musculaires.

Faux, si comme avec la méthode Insudiet, les produits sont supplémentés. Par ailleurs, il conseillé de reconstituer les produits avec un complément enrichi en potassium, la consommation d’une eau fortement minéralisée, de légumes et de 2 cuillères à soupe d’huile riche en acides gras essentiels (pour les cheveux, le dynamisme intellectuel, la fluidité sanguine...)

[1] "Une nutritionniste de l'Université de Montréal dénonce le mythe du régime Dukan"

[2] Agence française de sécurité sanitaire des aliments

Source : Alexandre Glouchkoff

SOURCE : Toute la diététique !

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s