Vieillissement de la population et accroissement du nombre de cancers en Europe

lu 2091 fois

De 2004 à 2006, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués annuellement en Europe a augmenté de 300.000, passant de 2,9 millions en 2004 à 3,2 millions en 2006. En dépit d'une meilleure prévention et de traitements plus efficaces, l'Europe est confrontée à un accroissement sensible du nombre de nouveaux cas de cancers en raison du vieillissement de la population.

« Vieillissement de la population et accroissement du nombre de cancers en Europe - Copyright by zakgollop on Flickr » Une action urgente de lutte contre le cancer s’avère nécessaire, particulièrement en Europe Centrale et de l’Est, par le biais de mesures telles que la lutte contre le tabagisme, un dépistage plus large du cancer du sein et du cancer colorectal, ainsi que des campagnes visant à améliorer le régime alimentaire, accroître l’activité physique et réduire l’obésité.

Le cancer du poumon reste la principale cause de décès par cancer, avec un nombre estimé à 334.800 cas en 2006, soit 19,7% du nombre total de décès par cancer, suivi par le cancer colorectal avec un nombre de 207.400 décès, le cancer du sein, avec 131.900 décès, et le cancer de l’estomac, avec 118.200 décès. Les décès par cancer du poumon sont essentiellement dus au tabac.

Par rapport aux estimations faites en 2004, le cancer du sein est devenu, avant le cancer du poumon, le cancer le plus communément diagnostiqué, avec 429.900 nouveaux cas en 2006 (13,5% de tous les nouveaux cas). Il est suivi par le cancer colorectal : 412.900 cas (12,9%), et le cancer du poumon : 386.300 cas (12,1%). Selon Peter Boyle, directeur de l’Agence Internationale pour la Recherche sur le Cancer (Lyon, France), co-auteur de l’article paru sur le sujet dans la revue Annals of Oncology du 7 février, l’augmentation du nombre de cas de cancers du sein pourrait être partiellement due à l’introduction des programmes organisés de dépistage par mammographie : un plus grand nombre de cancers a pu ainsi être détecté, de surcroît à un stade plus précoce. Malgré le bénéfice des programmes de dépistage, le nombre de décès par cancers du sein a continué d’augmenter à cause du vieillissement de la population : 130.000 cas en 2004, 131.900 en 2006.

Chez les hommes, l’utilisation plus large des tests d’antigène spécifique de prostate (ASP) a également eu un effet sur le nombre de cas estimé de cancers de la prostate. Ceux-ci totalisaient 345.900 cas (20.3% du total), suivis par les cancers du poumon, avec 292.200 cas (17,2%) et les cancers colorectaux, avec 217.400 cas (12,8%). Malgré l’utilisation répandue des tests ASP dans de nombreux pays européens, le nombre de décès par cancer de la prostate a cru d’environ 16% depuis 1995, en raison du vieillissement.

Le deuxième cancer le plus mortel, aussi bien chez l’homme que chez la femme, est le cancer colorectal. Une modification du régime alimentaire, une activité physique accrue et la lutte contre l’obésité pourraient entraîner une réduction de l’incidence et de la mortalité par cancer colorectal.

Globalement, l’augmentation de l’incidence du cancer en Europe de 2004 à 2006, avec 300.000 cas de plus, démontre l’impact du vieillissement de la population européenne, et souligne la nécessité de lutter contre le tabagisme et de mettre en place des programmes de dépistage, conclut Peter Boyle.

SOURCE : Centre International de Recherche Scientifique

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s