Vieillir en meilleure santé

lu 2520 fois

On sait que l'augmentation de l'espérance de vie est due d'une part à une nourriture saine et abondante et d'autre part à une meilleure promotion de la santé publique. Les octogénaires forment actuellement la tranche de la population qui se développe le plus rapidement...

Toutes ces dernières années, notre attention est régulièrement attirée par l'évolution de l'espérance de vie. Si nous vivons plus vieux, il n'y a aucune raison que ce soit au détriment de la santé. Kay-Tee Khaw, professeur de gérontologie à l'hôpital Addenesbrook au Royaume-Uni, indique que " des mesures simples peuvent être prises pour conserver les gens âgés en bonne santé. Ces mesures englobent un régime sain tout comme la pratique d'exercices physiques ". En 2031, le Royaume-Uni comptera pas moins de 34.000 centenaires alors qu'il n'y en avait que 255 en 1952 et quelque 5200 en 1996.

Si la tranche d'âge des octogénaires est en pleine expansion, leur santé et leur forme doivent être particulièrement surveillées. Courir un marathon à 83 ans ne sera certes pas à la portée de tout le monde. Mais à cet âge, le régime alimentaire et l'exercice physique peuvent faire la différence entre une vieillesse saine et active et une fin de vie assistée.

Les populations méditerranéennes tout comme les Japonais souffrent moins de problèmes cardiaques et de cancers. "Cette particularité semble avoir un rapport avec le régime alimentaire, distinct de celui de l'Europe du nord. Dans les pays méditerranéens, on mange plus de fruits et de légumes frais, et moins de graisses saturées", remarque le Professeur Kay-Tee Khaw.

Santé et espérance de vie

Si la définition de l'espérance de vie est l'âge qu'atteindra la moitié de la population d'une tranche d'âge donnée, on constate qu'elle augmente régulièrement depuis de nombreuses années et que le niveau d'augmentation actuel est sans précédent. En Italie, en Suisse, au Japon, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni par exemple, l'espérance de vie a augmenté en gros de cinq années en deux décennies.

Tout ne repose pourtant pas que sur l'amélioration du régime alimentaire. Il faut ajouter à cela une détection et un traitement efficaces des maladies ainsi que des changements sociaux qui ont permis de meilleures conditions d'habitation et d'hygiène.

Autre facteur d'accroissement de l'espérance de vie : le déclin des deux maladies les plus répandues actuellement. Les maladies cardiaques, qui restent la cause principale de décès dans le monde, se sont substantiellement réduites dans de nombreux pays depuis une trentaine d'années ; et le cancer voit ses effets sur la mortalité se stabiliser, voire commencer à diminuer légèrement aux Etats-Unis et en Grande Bretagne.

Pour de plus amples informations, reportez-vous à EUFIC Review N°5 " Diet, Lifestyle and Life Expectancy " qui sera bientôt disponible sur simple demande.

* Enquête aux Etats-Unis conduite par le National Cancer Institute, l'American Cancer Society et les American Governement Centers for Disease Control and Prevention ; les résultats ont été récemment publiés dans le journal Cancer.
Site web de la UK Research Campaign : www.crc.org.uk

SOURCE : EUFIC

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s