Une mortalité maternelle encore trop importante

lu 1835 fois

Chaque année on enregistre encore 50 à 97 décès maternels, dont la moitié serait évitable. Depuis dix ans le taux de mortalité maternelle est de 9 à 13 décès pour 100 000 naissances vivantes.

Dans un rapport, Renée Pomarède de la direction générale de l'InVS assure "on sait aujourd'hui, grâce aux travaux menés que la moitié de ces décès sont évitables", ajoutant que la France est le seul pays européen où les hémorragies sont la première cause de mortalité maternelle.

Pour expliquer le phénomène les chercheurs de l'Inserm et de l'Institut Pierre et Marie Curie émettent deux hypothèses : la première relative à une "évolution passagère, liée au vieillissement des générations" et la seconde porterait sur le fait qu'il faille encourager les femmes à procréer avant 35 ans du fait qu'après "les risques pour leur santé se multiplient".

L'âge moyen des femmes décédées entre 2000 et 2002 est de 33,7 ans souligne les auteurs du bilan.

(AFP, Aujourd'hui en France, Le Figaro, La Croix, 12/12)

SOURCE : Synthèse de Presse de l'INSERM

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s