Une étude révèle les bienfaits du saumon pour les mères et leur bébé

lu 4888 fois

Une étude espagnole publiée dans la revue American Journal of Clinical Nutrition démontre que la consommation de saumon d'origine piscicole deux fois par semaine pendant la grossesse présente des bénéfices à la fois pour la mère et l'enfant. Le poisson doit être enrichi en acide gras oméga 3.

Des chercheurs de l'université de Grenade en Espagne ont constaté que la consommation de saumon augmentait le niveau d'acides gras oméga 3 aussi bien chez la mère que chez l'enfant, tout en améliorant leurs défenses antioxydantes. Ils attribuent ces effets aux niveaux de sélénium et de rétinol que contient le saumon. Ils ont également constaté que le saumon n'affectait ni le niveau de stress oxydatif, ni la réponse inflammatoire, ni l'homéostasie vasculaire.

Les chercheurs ont réparti les sujets en deux groupes: le « groupe saumon » a consommé 2 portions de saumon « traité » à partir de la vingtième semaine de grossesse jusqu'à l'accouchement, tandis que le groupe de contrôle n'a rien changé à ses habitudes alimentaires.

Le poisson utilisé dans le cadre de cette étude était issu d'un élevage piscicole et avait reçu une alimentation contrôlée, composée d'ingrédients spéciaux tels que des huiles végétales et des aliments comme des algues et du zooplancton. Grâce à ce régime particulier, le saumon présentait des niveaux importants d'acides gras oméga 3 et des concentrations élevées de vitamines antioxydantes, telles que les vitamines A et E, et de sélénium. D'après les chercheurs, le poisson contenait en outre de très faibles niveaux de contaminants.

Des échantillons de sang et d'urine ont en outre été prélevés dans les deux groupes. Tous les sujets ont également dû remplir un questionnaire sur leurs habitudes alimentaires pendant la vingtième et la trente-quatrième semaine de grossesse. L'objectif était d'obtenir des informations sur les aliments ingérés au cours des douze semaines précédentes. De nouveaux échantillons de sang et d'urine ont été prélevés durant la trente-huitième semaine de grossesse, puis au moment de l'accouchement. Les chercheurs ont également prélevé du sang du cordon ombilical après la naissance du bébé.

Ils ont ainsi pu constater que les concentrations d'acides gras oméga 3 s'amélioraient chez les femmes enceintes qui consommaient deux portions de saumon par semaine alors qu'elles n'en avaient pas l'habitude. Les résultats étaient similaires pour les nouveau-nés. Autrement dit, l'ingestion de deux portions de saumon par semaine permet à la mère et à l'enfant d'atteindre l'apport minimal recommandé en acides gras oméga 3.

De plus, les chercheurs ont constaté que la consommation de saumon n'avait aucun effet sur les biomarqueurs de l'oxydation des lipides et des dommages oxydatifs de l'acide désoxyribonucléique (ADN).

En résumé, la consommation de deux portions de saumon par semaine pendant la grossesse n'augmente pas le stress oxydatif. Les chercheurs ont même observé de plus fortes concentrations de sélénium et de rétinol dans le plasma des femmes enceintes, ainsi qu'une augmentation du niveau de sélénium chez les nouveau-nés.

Cette étude était en partie financée par le projet SIPS (« Salmon in pregnancy study »), soutenu au titre du septième programme-cadre de l'UE (7e PC).

(Miles, E.A, et al. « The salmon in pregnancy study-study design, subject characteristics, maternal fish and marine n-3 fatty acid intake, and marine n-3 fatty acid status in maternal and umbilical cord blood », Am J Clin Nutr, 2011; 1986S-199)

SOURCE : Communautés européennes

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s