Une étude révèle l'état de santé inquiétant des ados européens

lu 2236 fois

Plus d'un cinquième des adolescents européens sont en surpoids ou obèses, peu respectent des conseils diététiques sur l'ingestion de fruits et de légumes. Ceci ne sont que deux exemples des constatations effectuées par le projet HELENA (« Healthy lifestyle in Europe by nutrition in adolescence » - Style de vie sain en Europe grâce à l'alimentation durant l'adolescence).

« Une étude révèle l’état de santé inquiétant des ados européens » - Crédit photo : www.eufic.org Les années d’adolescence sont cruciales pour la formation d’habitudes qui dureront la vie entière - saines ou non. Or, le nombre d’enfants en surpoids ou obèses, dans l’UE, augmente d’environ 400 000 par an. S’ils conservent leurs mauvaises habitudes une fois devenus adultes, ils se mettent en situation de risque par rapport à des problèmes de santé comme les cardiopathies, le diabète ou les maladies respiratoires.

Le projet HELENA s’est posé pour objectif d’étudier les habitudes de style de vie d’adolescents entre 13 ans et 17 ans de 10 pays européens (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Grèce, Hongrie, Italie, Suède et Royaume-Uni). Les partenaires du projet ont présenté leurs résultats initiaux à l’occasion d’un symposium tenu à Grenade, en Espagne, les 21 et 22 avril.

« L’étude HELENA nous procure l’image la plus complète jamais constituée en Europe du statut et du comportement alimentaires ainsi que des modèles de condition et d’activité physiques de 3000 adolescents entre 13 ans et 17 ans », indique le coordinateur du projet, le professeur Luis Moreno de l’université de Saragosse en Espagne. « Pour la première fois, nous disposons d’une image fiable de la situation, analysée à l’aide d’une méthodologie commune aux dix pays de l’UE. Ces informations nous permettront de développer des recommandations efficaces pour l’avenir. »

Les résultats ont révélé que parmi les adolescents des pays étudiés, environ 27% des garçons et 20% des filles sont en surpoids ou obèses. Le manque d’exercice est une des raisons qui pourrait expliquer cette situation; en effet, 58% des garçons et à peine 31% des filles cumulaient quotidiennement 60 minutes d’activité physique « de modérée à vigoureuse ».

De plus, tandis que 62% des filles avaient une bonne connaissance des principes nutritionnels, peu semblaient mettre ces connaissances en pratique. Un des résultats les plus surprenants du projet était qu’à peine 13% des ados mangent au moins 200g de légumes par jour et 16% mangent au moins deux fruits par jour. Parallèlement, pour la moitié des adolescents étudiés, les matières grasses constituaient plus de 35% de leur apport énergétique total.

Toutefois, le projet HELENA ne s’est pas contenté d’analyser le problème : il a également conçu des outils permettant de promouvoir des styles de vie sains, et il a testé l’impact de ces outils sur le comportement des adolescents. Des études montrent que des interventions de trois mois, pilotées par ordinateur, produisaient une amélioration de leur régime (notamment en termes de consommation d’eau, de fibres et de légumes) ainsi que des comportements par rapport à l’activité physique.

Les partenaires du projet collaborent également étroitement avec des entreprises pour créer des en-cas qui attirent les adolescents. La barre de céréales, le hamburger sans graisse et la boisson à céréales complètes ainsi développés seront partagés avec l’industrie alimentaire.

Pour de plus amples informations, consulter : http://www.helenastudy.com

Source : Copyright © Communautés européennes, 2008

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s