Un verre de vin par jour réduit le risque cardiovasculaire

lu 7236 fois

Des études antérieures avaient déjà souligné les avantages d'une consommation modérée d'alcool comme un facteur de baisse du risque cardiovasculaire. Dans une étude réalisée par le département de médecine familiale de l'Université de Caroline du Sud et publiée en mars 2008 dans « American Journal of Medicine », les chercheurs ont constaté que des personnes d'âge moyen « non-buveurs » qui avaient commencé à consommer des quantités modérées d'alcool ont vu diminuer de 38% leur risque de développer une maladie cardiaque par rapport à ceux restés « non-buveurs » et c'est le vin qui s'est révélé avoir le plus d'effets bénéfiques pour le coeur.

« Un verre de vin par jour peut réduire le risque cardiovasculaire » - Crédits photo : francais.istockphoto.com Ces résultats ont été mis en évidence à partir d’une étude plus générale portant sur les facteurs de risque d’athérosclérose et de durcissement des artères (Atherosclerosis Risk in Communities - ARIC) regroupant une population de 7697 « non-buveurs » âgés de 45 à 64 ans, étudiée sur une période de 10 ans et au cours de laquelle 6% des participants ont débuté une consommation d’alcool modérée (1 verre par jour ou moins pour les femmes et 2 verres par jour ou moins pour les hommes) au cours du suivi.

Après 4 ans de suivi, ces « nouveaux buveurs modérés » ont un risque diminué de 38% de développer une maladie cardiovasculaire par rapport à leurs homologues « non-buveurs ». Même après ajustement pour l’activité physique, l’indice de masse corporelle, les facteurs démographiques et de risque cardiaque, cette différence persiste, sans augmentation de la mortalité au cours des quatre ans de suivi.

L’étude a également identifié un sous-ensemble de « nouveaux buveurs modérés » qui ne consommaient seulement que du vin. Lorsque l’on compare les « non-buveurs », les « buveurs modérés » de vin, les « buveurs modérés » d’autres types d’alcool et les « gros buveurs », seulement les « buveurs modérés » de vin avaient la plus importante réduction d’événements cardio-vasculaires. Les « buveurs modérés » d’autres types d’alcool présentaient également un léger avantage sur les « non-buveurs », mais la différence n’était pas statistiquement significative.

Même si Dana E. King, responsable de cette étude se dit surprise d’un effet si grand et rapide, elle met en garde : « Cette étude semble bien montrer que l’adoption d’une consommation modérée d’alcool dans la fleur de l’âge apporte un bénéfice réel et important sur le risque cardiovasculaires. De tels avantages doivent toutefois être mis en balance avec précaution avec tous les maux et conséquences connus de la consommation excessive d’alcool. Même si la prudence est clairement justifiée, cette étude a démontré qu’une consommation (nouvelle) modérée d’alcool, en particulier de vin, diminue le risque de maladies cardiovasculaires, sans augmentation de la mortalité sur quatre ans. »

Sources et références :

  • « Adopting Moderate Alcohol Consumption in Middle-age: Subsequent Cardiovascular Events » by Dana E. King MD MS, Arch G. Mainous III PhD, and Mark E. Geesey MS, and it appears in The American Journal of Medicine, Volume 121, Issue 3

Source : Alexandre Glouchkoff, Diététicien - Nutritionniste

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s