Un régime riche en isoflavone peut améliorer l'état de santé après un accident cérébro-vasculaire

lu 5220 fois

Une nouvelle étude pourrait apporter une lueur d'espoir aux personnes atteintes d'accidents cérébro-vasculaires. Des chercheurs déclarent qu'un complément alimentaire riche en isoflavones peut améliorer considérablement le fonctionnement des artères. Selon les sources, cette dernière étude est probablement le premier essai clinique randomisé à évaluer l'effet de l'isoflavone sur l'artère humérale. Les résultats ont récemment été publiés dans la revue European Heart Journal.

« Un régime riche en isoflavone peut améliorer l’état de santé après un accident cérébro-vasculaire » - Crédit photo : www.satoriz.fr L’étude a été dirigée par Hung-Fat Tse, professeur de cardiologie et directeur de l’unité de cardiologie du département de médecine au Queen Mary Hospital, de l’université de Hongkong. Elle a constaté que les patients qui recevaient un supplément journalier d’isoflavone (80mg) pendant 12 semaines, montraient une amélioration majeure de la vasodilatation dépendante du flux sanguin (FMD) dans l’artère humérale (la principale artère du bras). La FMD mesure la dysfonction endothéliale et permet d’évaluer le risque cardiovasculaire.

La valeur de la FMD humérale est un indicateur de la qualité des cellules qui tapissent l’intérieur des vaisseaux sanguins (l’endothélium vasculaire). Selon l’équipe de chercheurs, une dysfonction endothéliale peut entraîner des maladies cardiovasculaires. Lors de cette étude, ils ont découvert que le complément d’isoflavone réduit cette dysfonction chez les patients ayant subi un accident ischémique.

Les chercheurs ont conduit un essai en double aveugle, avec placebo. 50 patients ont reçu le supplément d’isoflavone, et 52 le placebo.

La FMD a été évaluée par ultrasons pour suivre le fonctionnement de l’artère humérale lors du retour du sang, après une interruption de la circulation due au gonflement d’un garrot pneumatique posé sur l’avant-bras des patients. La FMD est calculée à partir du changement de diamètre de l’artère humérale (en pourcentage) entre la valeur normale et celle mesurée une minute après le dégonflement du garrot.

Avant l’étude, 80% des patients montraient une FMD déficiente, inférieure à 3,7%. Après les 12 semaines d’essais, le groupe traité à l’isoflavone présentait une amélioration de 1% par rapport au groupe de contrôle.

« Ces découvertes pourraient avoir d’importantes implications dans l’usage de l’isoflavone pour la prévention secondaire des patients atteints de maladies cardiovasculaires, en complément des traitements conventionnels », soulignent les chercheurs dans leur article. « Dans notre étude, l’effet de l’isoflavone était comparable à un changement du style de vie avec un entraînement d’endurance, ou à des interventions pharmacologiques avec une thérapie à base de statines. »

Comme l’explique le professeur Tse: « L’augmentation absolue du diamètre de l’artère humérale est faible (1%), mais l’augmentation relative s’élève en réalité à 50%, car la moyenne arithmétique de la FMD chez ces patients était d’environ 2%. En réalité, chez les patients atteints d’une dysfonction endothéliale sévère, la dilatation du diamètre artériel pourrait être nulle. »

Le chercheur ajoutait que les patients dont la FMD est initialement plus faible, répondent en général mieux au traitement à l’isoflavone que ceux dont la FMD est initialement meilleure.

« Ces résultats suggèrent que l’isoflavone inverse le développement de la dysfonction endothéliale, chez les patients atteints de maladies cardiovasculaires », poursuit-il. « Ce point est important au niveau clinique, car les avantages du traitement sont conférés aux patients avec le risque le plus élevé d’accidents cardiovasculaires. Et cet effet persiste, même à cette étape plutôt tardive du continuum cardiovasculaire. »

Les chercheurs doivent encore élucider pleinement les mécanismes d’action de l’isoflavone sur cette évolution de la FMD. Il n’est pas encore certain que les suppléments d’isoflavone puissent servir cliniquement, mais cette étude a montré que le risque cardiovasculaire peut être réduit chez les patients ayant subi un accident ischémique, s’ils suivent un régime riche en isoflavone.

« Un régime équilibré reste la première priorité pour favoriser la santé », conclut le professeur Tse.

Pour de plus amples informations, consulter : Revue European Heart Journal

Source : Copyright © Communautés européennes, 2008

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s