Publicité

Un récepteur du cerveau pourrait s'avérer une cible pour le traitement de l'alcoolisme

2614 Réagir

Un produit qui inhibe en partie la réponse du cerveau au stress comportemental pourrait s'avérer utile pour traiter l'alcoolisme selon une étude menée chez la souris et sur des patients qui avaient suivi récemment une cure de désintoxication.

Publicité

Surfez plus vite et sans publicité
Accès à tous les contenus PREMIUM

Débloquez cette page avec Multipass

« Un récepteur du cerveau pourrait s’avérer une cible pour le traitement de l’alcoolisme » - Crédits Photo : Flickr / Creativecommons / Jody Art Malgré le succès d’interventions psychosociales telles que celle des Alcooliques Anonymes, l’abus chronique d’alcool demeure un problème de santé publique, aussi les chercheurs s’intéressent donc toujours au développement de thérapies médicamenteuses complémentaires.

Partant du fait que le stress peut déclencher une rechute de l’alcoolisme, David George et ses collègues ont exploré si l’inhibition pharmacologique du récepteur de la neurokinine 1 (NK1T), un médiateur de la réponse cérébrale au stress, pouvaient alléger les symptômes associés à la dépendance à l’alcool.

Après avoir constaté que les souris génétiquement déficientes en NK1R consommaient moins d’alcool que des souris contrôles, les auteurs ont examiné les effets d’un produit antagoniste du NK1T auprès de quelques patients désintoxiqués depuis peu. Il montre une activité prometteuse, mesurée par les auteurs selon divers moyens indirects tels qu’une forte envie d’alcool.

Ces résultats devront néanmoins être confirmés par des études à plus large échelle et sur une plus longue durée.

Sources et Références :

  • « Neurokinin 1 Receptor Antagonism as a Possible Therapy for Alcoholism » par D.T. George; J. Gilman, J. Hersh, A. Thorsell, D.Herion, R. Rawlings, D. Hommer, M. Heilig du National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism/NIH à Bethesda, MD; C. Geyer du National Institutes of Health à Bethesda, MD; X. Peng, W. Kielbasa, J.E. Brandt, D.R. Gehlert, J.T. Tauscher des Lilly Research Laboratories à Indianapolis, IN; S.P. Hunt de l’University College London à Londres, Royaume-Uni.
Publicité

SOURCE : EurekAlert!

Cela pourrait vous intéresser

Publicité