Un programme national pour l'alimentation des Français

lu 6319 fois

A l’occasion de la séance plénière du Conseil national de l’alimentation, Bruno Le Maire, ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, a présenté le 28 septembre dernier, le Programme national pour l’alimentation (PNA). Défini dans le cadre de la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche (LMA) promulguée le 27 juillet dernier, le PNA a pour ambition de faciliter l’accès de tous à une alimentation de qualité, sûre et diversifiée de manière durable.

« Un programme national pour l'alimentation des Français » - Crédit photo : agriculture.gouv.fr L'alimentation recouvre un ensemble de problématiques très variées : maintenir des traditions culinaires et des liens sociaux, permettre l’accès de tous à une nourriture de qualité, garantir la sécurité des aliments et la santé publique, préserver notre modèle agricole, nos industries agroalimentaires et les emplois qu'elles génèrent, tout en s’inscrivant dans une perspective de développement durable. Autant d’enjeux sociaux et économiques majeurs qui justifient le renforcement de l'intervention publique en matière d'alimentation. Or, jusqu'à ce jour, il manque une action publique intégrant toutes les problématiques de l'alimentation et du modèle alimentaire français et regroupant les initiatives sectorielles existantes (agriculture, pêche, santé, consommation, environnement, tourisme, éducation, culture, aménagement du territoire...). C’est l'objectif du Programme national pour l'alimentation.

Il s’articulera avec les plans existants, notamment le Programme national nutrition santé (PNNS) et le plan de lutte contre l’obésité lancé le 25 mai dernier.

Quatre axes ont été définis :

  • Faciliter l’accès de tous à une alimentation de qualité,
  • Améliorer l’offre alimentaire,
  • Améliorer la connaissance et l’information sur l’alimentation,
  • Préserver et promouvoir le patrimoine alimentaire et culinaire français.

Il prévoit un certain nombre d’actions concrètes telles le développement des circuits courts, l’éducation et l’information sur le goût, le renforcement de l’aide alimentaire pour les populations les plus démunies, la mise en place de contrats d’engagement entre l’État et les entreprises en vue d’améliorer la qualité des produits alimentaires.

Le respect des règles nutritionnelles sera obligatoire en restauration scolaire et universitaire, dans les hôpitaux, les crèches, en prison et dans les maisons de retraites. La création d’un observatoire de l’alimentation permettra d’étudier les évolutions de l’offre et de la consommation alimentaires.

L’étiquetage évoluera pour rendre obligatoire, dans le respect des règles communautaires, l’indication du pays d’origine pour les produits agricoles, alimentaires et les produits de la mer, bruts ou transformés.

Pour de plus amples informations, consulter le Programme national pour l’alimentation (PDF)

SOURCE : Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s