Un peptide bioactif pour protéger l’intestin dans les laits fermentés

lu 4594 fois

L’arsenal défensif de notre intestin contre les agressions comprend, entre autres, un rempart formé par une couche de mucines. Ces glycoprotéines forment une barrière protectrice lubrifiante, aussi appelée gel de mucus. Deux équipes de l’Inra ont identifié un peptide encrypté dans une protéine du lait de vache, mais présent dans les yaourts, capable, même à très faible dose, de renforcer la production de mucines dans l’intestin. Cette découverte brevetée permet d’envisager le développement d’aliments santé (laits fermentés) ou de médicaments pour stimuler la production de mucus.

Le mucus gastro-intestinal est connu pour son rôle dans la protection de la surface de l’épithélium du tractus gastro-intestinal. Cette protection permet de lutter contre les agressions telles que l’acide, les enzymes digestives, les toxines, l’alcool… et forme également une barrière naturelle contre certains types de pathogènes. Des défauts dans l’établissement de ce mucus sont à l’origine de nombreuses pathologies dues en particulier à une inflammation des muqueuses gastriques et intestinales.

Le mucus intestinal est essentiellement composé de glycoprotéines de la famille des mucines dont MUC2 est la principale représentante. De plus en plus de recherches font état du rôle protecteur de l’épithélium joué par cette mucine.

Des peptides du lait de vache, modulateur de la mucine MUC2

Les chercheurs des laboratoires "Science et Technologie du Lait et de l’œuf (STLO" et "Régulations Métaboliques, Nutrition et Diabètes" (RMND) ont découvert qu’une séquence peptidique de la béta-caséine bovine était capable de moduler la production de mucines, et notamment de MUC2, dans l’épithélium intestinal. La béta-caséine bovine est l’une des protéines les plus abondantes du lait de vache. Lors de la fermentation du lait ou pendant les différentes étapes de la digestion, elle se trouve dégradée en différents peptides. C’est l’un d’entre eux qui a retenu l’attention des chercheurs.

La séquence peptidique [94-123] identifiée

La séquence [94-123] est capable d’induire in vitro l’expression ou la sécrétion de mucines gastro-intestinales et ce, à des doses très faibles, de l’ordre de 0.01 à 1µM. Cet effet d’induction est également confirmé in vivo. Un brevet international publié sous le numéro WO2010130956 protège ces résultats.

Des yaourts aux médicaments

En combinant l’action de souches de fermentation comme Lactobacillus delbrueckii spp bulgaricus et/ou Streptococcus salivarus spp thermophilus, il est possible d’atteindre naturellement dans un yaourt ou dans toute autre boisson lactée, des concentrations suffisantes en peptide bioactif pour obtenir un effet protecteur sur l’intestin. Il est par ailleurs envisageable d’utiliser ce peptide comme médicament pour prévenir les inflammations intestinales notamment chroniques, les infections intestinales ou encore les ulcères duodénaux.

Référence du brevet

Peptides increasing the secretion and/or expression of at least one gastronintestinal mucin and/or inducing an increase in the population of mucus cells or paneth cells. Numéro de publication : WO2010130956.

SOURCE : INRA

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s