Un consortium européen à la recherche de médicaments contre le diabète et l'obésité

lu 2619 fois

Un nouveau consortium européen cherche des composants permettant de prévenir le diabète et l'obésité. Le projet DIOMED (« Diabetes, obesity and medicine »), qui débutera le 22 mai, durera 3 ans et est financé à hauteur de 813 673 euros par le programme de coopération territoriale pour l'Europe du Sud-Ouest de l'UE (Interreg IV-SUDOE), qui soutient les projets d'innovation transnationaux et interrégionaux.

« Un consortium européen à la recherche de médicaments contre le diabète et l’obésité » - Crédit photo : www.mutuelleprevoyancesante.fr Le consortium, coordonné par Antonio Zorzano de l’Institut de recherche en biomédecine (IRB) de Barcelone en Espagne, rassemble des experts en biologie, chimie, structure protéique, technologies de nano-criblage et transfert de technologie de six centres situés en Espagne, en France et au Portugal.

« L’objectif du projet est clair et consiste à produire des composants précédant la phase finale du médicament et pouvant être brevetés pour le traitement du diabète et de l’obésité », a expliqué le Dr Zorzano. « Plus tard, si ces composants se révèlent efficaces chez les animaux diabétiques, ils seront testés dans des essais cliniques ».

La recherche se penchera sur la découverte de molécules qui ont un effet sur trois protéines cibles (à savoir Mitofusin-2, DOR et VAT); selon les résultats récemment obtenus par des scientifiques de l’IRB et de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) en France, elles seraient associées au diabète et à l’obésité.

L’une des quatre équipes de recherche du consortium, qui travaille à l’université de Saint Jacques de Compostelle en Espagne, utilisera le criblage à haut débit afin d’analyser une liste chimique de plus de 1200 molécules, en utilisant des techniques de chimie combinatoire permettant d’améliorer l’efficacité des composants prometteurs. S’ils sont positifs, ces résultats seront ensuite testés sur des modèles animaux par des chercheurs à l’IRB, qui se spécialisent dans l’identification des gènes et l’analyse des mécanismes moléculaires.

Parallèlement à la recherche de listes chimiques, d’autres chercheurs du consortium obtiendront des informations structurelles concernant les protéines cibles. Après avoir acquis les informations 3-D à l’aide de la cristallographie par rayons X, on utilisera les systèmes informatiques pour chercher les molécules qui conviennent à la structure.

L’un des objectifs de DIOMED consiste à promouvoir la biomédecine en Europe du Sud-Ouest. C’est pourquoi l’innovation, au même titre que le transfert de technologie dans le secteur biotechnologique, sont nécessaires au succès du projet.

« DIOMED cherche à rendre à la société les bénéfices de la capacité scientifique et technologique du domaine biomédical en Europe du Sud-Ouest, » déclare le Dr Zorzano. Le projet espère également « accomplir des exploits scientifiques pouvant conduire à l’amélioration de la qualité de vie et pouvant contribuer à la croissance socioéconomique des régions à travers le développement de produits biotechnologiques ».

Outre l’IRB et l’INSERM, les partenaires DIOMED comptent le parc scientifique de Barcelone et l’université de Saint Jacques de Compostelle en Espagne, ainsi que l’Institut de biologie chimique et cellulaire et le parc Biocant au Portugal.

Interreg IV-SUDOE est la continuation d’Interreg III-SUDOE, qui est cofinancé par les fonds structurels de l’UE pour la période 2007-2013. Les programmes Interreg encouragent l’innovation transnationale, transfrontalière et interrégionale et des initiatives de compétitivité.

Pour de plus amples informations, consulter :

Source : Copyright © Communautés européennes, 2009

SOURCE : Communautés européennes

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s