Un autodiagnostic sur le diabète dans plus de 1.300 pharmacies de France

lu 4049 fois

Les pharmaciens de l'enseigne Giphar proposent à leurs patients un questionnaire sur le diabète, qui sera diffusé du 14 au 21 novembre, selon un communiqué datant du 5 novembre. Cette opération a lieu à l'occasion de la Journée mondiale du diabète ayant pour thème « La prévention du diabète et l’éducation », le 14 novembre. Le questionnaire pourra se trouver dans les 1.350 pharmacies de l'association Giphar en France et est présenté comme un « autodiagnostic » sur le diabète.

« Un autodiagnostic sur le diabète dans plus de 1.300 pharmacies de France » - Crédit photo : www.pharmaciengiphar.com En fonction du résultat du test, un contrôle glycémique pourra être proposé. Le questionnaire pose six questions visant à déterminer une tendance au diabète du patient.

Si l’autodiagnostic révèle une glycémie à jeun supérieure à 1,26 gramme par litre, le pharmacien conseillera au patient de prendre rendez-vous avec son médecin et de contrôler ces résultats par des prises de sang.

Les membres du groupement de pharmaciens indépendants Giphar renseigneront les patients qui le souhaitent sur différentes questions comme "Naît-on diabétique ou le devient-on ?", "Etre enceinte favorise t-il l’apparition d’un diabète ?", "Le diabète est-il héréditaire ?" ou encore "A quels signes reconnaît-on une tendance au diabète ?". Ces pharmaciens auront reçu une formation au préalable sur ces points.

Le diabète touche quelque 3 millions de personnes en France, dont 2 millions de diabétiques de type II, selon des chiffres communiqués par les pharmacies Giphar.

A la différence du diabète de type I, qui apparaît dès l’enfance, le diabète de type II apparaît souvent après 40 ans. Il est souvent causé par un excès de poids associé à une disposition familiale et une vie sédentaire.

Le diabète en quelques mots

Le diabète est caractérisé par une augmentation de la glycémie (le taux de sucre dans le sang) qui va entraîner au fil des années, si on ne le soigne pas, des complications au niveau de certains organes (yeux, reins, nerfs, pieds, cœur et artères, organes sexuels).

Le diabète de type I se traduit par une absence ou déficience de la sécrétion de l’insuline provoquant une augmentation du taux de sucre dans le sang. Il apparaît dès l’enfance et le malade a besoin de piqûre d’insuline quotidiennement.

Le diabète de type II se caractérise par le manque de sensibilité de l’action de l’insuline sur l’organisme. Il apparaît généralement après 40 ans et il est souvent causé par un excès de poids associé à une prédisposition familiale et/ou à une vie sédentaire.

Le diabète est assez fréquemment une cause de mortalité associée, surtout pour les maladies cardiovasculaires. La gravité des pathologies associées tient surtout à ses complications à long terme, sources de handicaps, d’incapacités et d’une altération de la qualité de vie. Ces complications pourraient être en grande partie évitées.

Il existe divers moyens pour diminuer l’impact du diabète et ses complications : le traitement précoce de l’hypertension artérielle, le contrôle de la glycémie, la détection du taux de protéines dans les urines pour limiter les insuffisances rénales, une lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme qui sont des facteurs aggravants du diabète...

Mais de manière générale, une bonne hygiène de vie ne peut qu’aider à bien gérer son diabète.

(D’après le communiqué de presse SOGIPHAR)

Source : Alexandre Glouchkoff

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s