Trop de tension ? Un peu plus d'ail !

lu 6597 fois

Parmi les nombreuses vertus de l'ail, la capacité de cet alliacé à réduire la tension artérielle est certainement l'une des plus étudiées. Les résultats des études randomisées sur le sujet sont cependant variables : certaines montrent une légère diminution de la tension artérielle, d'autres ne montrent aucun effet... On pourrait aussi se poser la question de savoir s'il existe un risque de réduction de la tension artérielle chez les personnes qui utilisent l'ail à d'autres fins.

« Trop de tension ? Un peu plus d'ail ! » Dans ce contexte, nous avons mené une méta-analyse afin d'évaluer l'effet réel des suppléments d'ail sur la tension artérielle de patients hypertendus, et si une baisse de tension artérielle peut survenir chez des patients normotendus [1].

Deux types d'études sélectionnées

Une analyse de la littérature a été effectuée pour rechercher les essais contrôlés randomisés ail contre placebo, portant sur les variations de la tension artérielle. Deux auteurs ont sélectionné, de manière indépendante, les essais cliniques selon des critères pré-définis. Ils ont extrait les données regroupant les chiffres de tension artérielle de base et en fin d'étude, dans le groupe « ail » et le groupe « placebo ». Nous avons distingué les études portant sur des patients avec une Tension Artérielle Systolique (TAS) de base > 140 mmHg (groupe « hypertendu ») de celles portant sur des patients « normo tendus ». Un modèle à effets aléatoires a été utilisé pour calculer la moyenne pondérée des différences de réduction de la TAS et de la tension artérielle Diastolique (TAD) entre les deux types d'études.

Une réduction de 16,3 mmHg chez les hypertendus

10 études correspondant aux critères de sélection des auteurs ont été sélectionnées : 3 dans le groupe « hypertendus », 7 dans le groupe « normo tendus ».

Dans les études « hypertendus », ail versus placebo, l'ail réduisait :

  • la TAS de 16,3 mmHg (IC à 95% : 6,2 - 26,5),
  • la TAD de 9,3 mmHg (IC à 95% : 5,3 - 13,3).
Dans le groupe des études menées chez des « normo tendus », on ne retrouvait aucun effet sur la tension artérielle. Un test [2], estimant les différences entre ces différentes études, n'a montré qu'un écart de moins de 25% entre les 2 analyses, indiquant des différences mineures entre les études.

Aucun risque chez les sujets normo tendus

L'absence de réduction de la TAS ou de la TAD chez les patients ayant une TAS de base < 140 mmHg, indique qu"il n'y avait aucun problème de sécurité par rapport à la tension artérielle chez de tels patients. En revanche, chez les sujets hypertendus (TAS de base > 140 mmHg), les résultats montrent une réduction plutôt robuste, voire semblable à ceux de certains anti hypertenseurs actuellement prescrits. Ces résultats mériteraient d'être confirmés par d'autres études portant sur l'action de l'ail chez des patients hypertendus.

Des données encore insuffisantes pour remplacer les antihypertenseurs Même si ces données sont intéressantes, elles ont des limites :

  • D'abord, l'utilisation de données composites. Dans les 3 études portant sur des patients avec une TAS > 140 mmHg, si la tension systolique moyenne était >140 mmHg, certains participants avaient peut-être une TAS de base plus basse. L'inverse est vrai pour l'analyse des études du groupe < 140 mmHg.
  • En outre, la tension artérielle n'était pas le critère de jugement principal et n'a peut être pas été mesurée de manière rigoureuse.
  • Enfin, il existe des limites inhérentes aux méta-analyses, dont l'impossibilité de contrôler les biais dans chaque essai.
Les données sont donc insuffisantes pour recommander l'usage de suppléments d'ail à la place de traitement anti-hypertenseurs classiques. En revanche, ces données suggèrent qu'il pourrait être raisonnable de les utiliser chez les personnes qui refusent ou ne tolèrent pas les médicaments. Si c'était le cas, la tension artérielle devrait alors être surveillée rigoureusement chez ces patients. Par ailleurs, l'ail semble améliorer les taux de cholestérol chez certains patients. Ceux qui en prennent pour cette raison ne devraient donc pas souffrir d'hypotension [2].

Références :

  1. Reinhart K, et al. Effects of Garlic on Blood Pressure in Patients With and Without
  2. Reinhart K, et al. The Impact of Garlic on Lipid Parameters: A Systematic Review Systolic Hypertension: A Meta-Analysis. Ann Pharmacother 2008;42:1766-71. and Meta-Analysis. Nutr Res Rev 2009;22:39-48.
(Par Kurt Reinhart, Université du Connecticut, USA - Equation Nutrition n°92 - Novembre 2009)

SOURCE : APRIFEL

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s