Toxoplasmose : évaluation des risques liés à l'alimentation

lu 4750 fois

Malgré des mesures de dépistage importantes, les formes graves de toxoplasmose restent fréquentes et justifient la bonne application des mesures de prévention de contamination. L'Afssa a évalué le risque de toxoplasmose lié à l'alimentation et émis des suggestions quant aux actions à mener en priorité

La toxoplasmose est une zoonose très ubiquitaire. Si le chat joue un rôle majeur dans la dissémination du parasite dans l’environnement, son rôle direct dans la contamination humaine reste cependant très limité et ne concerne, en principe, que les très jeunes animaux. En effet, le facteur de risque d’infection prédominant est l’ingestion de viande contaminée, insuffisamment cuite.

L’Afssa a constitué un groupe de travail multidisciplinaire dont le principal objectif était d’évaluer le risque de toxoplasmose lié aux aliments et à l’eau. Cette étude a permis d’analyser et d’actualiser les données relatives à T. gondii et à la toxoplasmose afin d’apporter les éléments scientifiques permettant aux autorités sanitaires d’identifier et promouvoir les actions destinées à améliorer la prévention primaire chez l’Homme, et notamment celle de la toxoplasmose congénitale.

Les membres du groupe de travail ont également identifié trois domaines d’investigation ou d’actions prioritaires qu’ils ont énoncés lors de la réunion publique de présentation de leur rapport le 24 mars 2006. Le premier consiste à faire un effort considérable pour la mise au point de techniques permettant la détection et la quantification des parasites ainsi que l’estimation de leur viabilité et infectiosité, afin de mieux évaluer le niveau de contamination de T. gondii dans les denrées alimentaires et l’eau et d’estimer la part respective des différents types d’aliments dans l’infection humaine.

Une démarche d’appréciation quantitative du risque centrée sur l’évaluation de l’impact de la consommation d’aliments (ou de certains aliments) potentiellement contaminés sur l’incidence de la toxoplasmose chez la femme enceinte et de la toxoplasmose congénitale doit également être mise en place. Enfin, une amélioration de l’information sur cette infection et sa prévention est recommandée. L’Afssa préconise notamment une campagne d’information auprès des femmes enceintes, avec des recommandations de prévention de la toxoplasmose actualisées et reformulées, en collaboration avec l’InVS.

Pour en savoir plus :

(Point d'information de l'AFSSA du 8 mars 2007)

SOURCE : AFSSA

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s