Tout ce que vous devez savoir sur les folates

lu 6459 fois

Les folates font partie de la famille des vitamines B et il faut en consommer chaque jour. La question de savoir s'il convient ou non d'enrichir les aliments en acide folique fait encore débat aujourd'hui et a conduit les chercheurs à étudier les stratégies destinées à améliorer le statut en folates des Européens.

À quoi servent les folates ?

Les folates sont nécessaires à la synthèse, à la réparation et au fonctionnement du matériel génétique (ADN et ARN). Ils servent par conséquent à former et à entretenir les nouvelles cellules et sont particulièrement importants en période de croissance rapide comme pendant l’enfance et la grossesse. Les adultes et les enfants ont besoin de folates pour produire des globules rouges normaux et se prémunir contre l’anémie (1). Une carence marginale en folates augmente le taux sanguin d’homocystéine qui est un facteur de risque de plus en plus reconnu de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral (2). Puisque les folates permettent de protéger l’ADN, il semblerait, d’après certaines études, qu’ils soient utiles à la prévention de certains cancers et plus particulièrement du cancer du côlon (3).

Sources alimentaires de folates

Les adultes doivent consommer 200 microgrammes de folates par jour. Les sources alimentaires de folates sont les suivantes : jus d’orange, légumes à feuilles vert foncé, arachides, légumineuses et abats. Pour éviter une carence en folates, il est bon de prendre l’habitude de consommer au moins cinq portions de fruits et de légumes par jour (voir www.10parjour.com).

Supplémentation en acide folique

L'acide folique est une forme synthétique simple et facilement absorbée de folates. Au début des années 1990, des données extrêmement convaincantes ont montré que les femmes qui prenaient des suppléments d'acide folique pendant la période périconceptionnelle diminuaient de moitié le risque que leur enfant soit porteur d'une anomalie de fermeture du tube neural comme le spina bifida (4). Des campagnes de santé publique ont donc été lancées en Europe pour encourager les femmes en âge de procréer à augmenter leur consommation d'aliments riches en folates et à prendre des suppléments d'acide folique (400 microgrammes par jour). Toutefois, ces campagnes ont eu un succès limité en grande partie parce que les femmes ne modifient généralement leurs habitudes alimentaires que lorsqu'elles savent qu'elles sont enceintes, soit quelques semaines après la conception. À ce moment-là, il est déjà trop tard.

Enrichissement des aliments

L’autre solution consiste à enrichir en acide folique les produits alimentaires de base comme la farine. De cette manière, toutes les femmes en âge de procréer reçoivent des apports adéquats en acide folique, au même titre que toutes les personnes à risque de maladie cardiovasculaire. Toutefois cette stratégie n’a pas été adoptée en Europe essentiellement parce que l’on craint que de fortes doses d’acide folique ne soient pas bénéfiques à l’ensemble de la population. L’acide folique en particulier peut dissimuler les symptômes d’anémie associée à une carence en vitamine B12 et les modifications que cela entraîne au niveau du système nerveux peuvent se solder par des lésions nerveuses permanentes (1). Les suppléments en acide folique peuvent aussi interagir avec certains traitements anticancéreux (5).

Augmenter les apports en folates alimentaires

Les chercheurs s’efforcent donc de trouver d’autres moyens pour augmenter les apports en folates. L’équipe FolateFuncHealth financée par l’Union européenne (6) cherche notamment à augmenter la consommation de folates naturels présents dans les aliments. Voici quelques-unes des conclusions auxquelles cette équipe est parvenue (7) :

  • L’extrait de levure en pâte (comme celui vendu sous le nom de marque Marmite) est la première source connue de folates. Le taux de folates contenus dans les produits fermentés comme le pain, la bière et le vin pourrait être augmenté en choisissant des souches de levure riches en folates.
  • Certains agents microbiens utiles à la fermentation, comme les bactéries de l’acide lactique synthétisent également des folates. Le choix d’un bon levain peut augmenter de 20 fois la teneur en folates des produits laitiers fermentés comme le fromage et le yaourt.
  • Le contenu en folates des aliments transformés comme les soupes et jus de fruits peut être amélioré en choisissant des variétés de fruits et de légumes riches en folates et en utilisant des techniques de transformation plus douces qui minimisent les pertes de folates.
  • Les folates sont concentrés dans les parties extérieures des graines de céréales si bien que l’utilisation d’une technique de mouture qui englobe la fraction riche en folates peut augmenter la teneur en folates de la farine.

Des progrès insuffisants

Les progrès opérés dans les techniques de transformation des aliments et dans le choix sélectif des ingrédients riches en folates pourraient doubler nos apports actuels de folates, mais cela ne suffit pas ! Selon le Dr Paul Finglas, de l’Institute of Food Research du Royaume-Uni et coordonnateur du projet FoodFuncHealth : « ... même avec un régime alimentaire équilibré, il est difficile de consommer suffisamment de folates naturels pour prévenir les maladies chroniques comme le cancer et les maladies cardiaques. Un certain degré d’enrichissement ou de supplémentation ciblée s’impose.» Une synthèse complète des recommandations tirées des résultats du projet FoodFuncHealth devrait bientôt être publiée et mise en ligne (6).

Références :

  1. Food Standards Agency du Royaume-Uni : www.eatwell.gov.uk/healthydiet/nutritionessentials/vitaminsandminerals
  2. Strain JJ. Dowey L. et al (2004) B-vitamins, homocysteine metabolism and CVD. Actes de la Nutrition Society. 63; 597-603.
  3. Duthie SJ. Narayanan S. et al (2004) Folate, DNA stability and colo-rectal neoplasia. Proceedings of the Nutrition Society. 63; 571-578.
  4. MRC Vitamin Study Research Group (1991) Prevention of neural tube defects; results of the Medical Research Council Vitamin Study. The Lancet 338; 131-137.
  5. Peters GJ, Hooijberg JH, et al (2005) Folates and anti-folates in the treatment of cancer; role of folic acid supplementation on efficacy of folate and non-folate drugs. Trends in Food Science and Technology 16;289-297.
  6. Finglas PM de Meer K. et al (2005) Research goals for folate and related B-vitamins in Europe. European Journal of Nutrition, sous presse.

SOURCE : EUFIC

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s