Tous les régimes pauvres en glucides (low-carb) ne se valent pas

lu 6291 fois

Une étude originale dirigée par Teresa Fung, Professeur de nutrition au Simmons College de Boston, et publiée dans la revue « Annals of Internal Medicine » le 7 septembre 2010, démontre le lien entre les différents types de régimes pauvres en glucides, qui ont été promus comme une option efficace pour la perte de poids, et la mortalité à long terme.

« Tous les régimes pauvres en glucides (low-carb) ne se valent pas » - Crédit photo : www.steadyhealth.com L'étude est basée sur deux cohortes de participants : plus de 85 000 femmes inscrites à la "Nurse's Health Study" (âgés de 34 à 59) ayant fourni des informations alimentaires depuis 26 ans et plus de 44 500 hommes inscrits au "Health Professionals' Follow-up Study" (âges de 40 à 75) ayant fourni des informations diététiques depuis 20 ans. Tous les participants inclus dans l'étude étaient exempts de maladies cardiaques, le cancer ou le diabète.

Celle-ci a cherché à déterminer l'impact à long terme des régimes pauvres en glucides, qui ont été promus comme une option efficace pour la perte de poids et l'amélioration de la santé. Teresa Fung, qui enseigne à l'École de Simmons College of Health Sciences, a dirigé l'étude avec des collègues de la Harvard School of Public Health et Channing Laboratory, Brigham and Women's Hospital.

Les participants consommant plus de produits animaux avaient en général un poids plus élévé et étaient plus susceptibles de fumer, tandis que ceux avec plus de produits végétaux consommaient plus d'alcool et de céréales complètes. Les variations de style de vie et d'autres questions alimentaires, tels que le tabagisme, les antécédents familiaux de cancer colorectal, l'utilisation d'aspirine, et les antécédents familiaux d'hypertension ont été pondérés dans les analyses.

Ainsi Teresa Fung et ses collaborateurs ont mis en évidence qu'un régime faible en hydrates de carbone (low-carb) à partir de sources de protéines (et graisses) animales était associé à une mortalité, toutes causes confondues, supérieure chez les hommes et les femmes, alors qu'un régime alimentaire à faible teneur en glucides mais plutôt à base de sources de protéines (et graisses) d'origine végétale était à l'inverse associé à une baisse de la mortalité, toutes causes confondues, en particulier cardiovasculaire et par cancer.

Attention au Régime Dukan

Le régime du Dr. Pierre Dukan, très en vogue actuellement à travers la parution de nombreux livres dont le best-seller « Je ne sais pas maigrir », est en fait un programme hyperproteiné avec 72 aliments d'origine animale, protéiques et 28 légumes sur les 100 aliments autorisés.

En préconisant également une journée de diète protéique animale pure par semaine, en excluant purement et simplement les végétaux riches en glucides complexes et protéines, et en limitant drastiquement les sources de lipides d'origine végétale potentiellement capables d'apporter des acides gras essentiels (utilisation recommandée d'huile de paraffine, anti-nutritionnelle), le Régime Dukan se présente donc comme l'archétype du régime low-carb hyperprotéiné dont l'étude du Professeur Teresa Fung à mis en évidence les dangers à long terme...

Déjà décrié par de nombreux nutritionnistes et professionnels de la santé, pouvant engendrer des risques de carences nutritionnelles à long terme, le Régime Dukan, comme de nombreuses autres méthodes amaigrissantes, fait actuellement l'objet d'une expertise en cours de la part d'un groupe de travail à l'AFSSA (nouvellement l'ANSES - Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail).

Voir aussi « Régime Dukan : tout ce qu’on vous cache »

(D'après PRNewswire-USNewswire 2010 - "Low-Carbohydrate Diets and All-Cause and Cause-Specific Mortality". Annals of Internal Medecine vol. 153 no. 5 289-298)

Source : Alexandre Glouchkoff

SOURCE : Toute la diététique !

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s