Tous les oméga-3 ne se valent pas

lu 2900 fois

À doses égales, les oméga-3 contenus dans les noix, le lin et le soja s'avèrent moins bénéfiques que ceux des produits marins pour les neurones du cerveau.

Si vous consommez des aliments riches en oméga-3 dans l'espoir d'améliorer votre humeur, votre mémoire ou votre vision, vous feriez bien de porter attention aux conclusions d'une étude que des chercheurs de la Faculté de pharmacie ont publiée dans le British Journal of Nutrition. Dany Arsenault, Carl Julien et Frédéric Calon ont démontré qu'à doses égales, un oméga-3 d'origine végétale, l'acide linolénique (ALA), produit moins d'effets bénéfiques sur les neurones du cerveau que le DHA, un oméga-3 contenu dans les produits marins.

Les chercheurs arrivent à cette conclusion après avoir comparé l'effet d'une diète enrichie en ALA ou en DHA chez la souris. L'ALA est un oméga-3 abondant dans les noix et le lin, le soya ou le chanvre. Sa concentration dans les cellules nerveuses est à peu près nulle, mais les enzymes du foie sont en mesure de convertir l'ALA contenu dans les aliments en DHA. Ce dernier est intégré de façon préférentielle à la membrane des neurones.

La moulée enrichie aux oméga-3 a produit une hausse du taux de DHA dans le cerveau des souris des deux groupes. Cette hausse a atteint 34% chez les souris du groupe DHA contre 23% chez celles du groupe ALA. Par ailleurs, la performance électrique des neurones ne s'est améliorée que chez les souris du groupe DHA. « La hausse de DHA dans le cerveau des souris du groupe ALA n'a pas été suffisante pour modifier les propriétés électrophysiologiques de leurs neurones, constate Frédéric Calon. Il y a peut-être un seuil à partir duquel il y a des effets et il n'a pas été atteint.»

Le chercheur ignore s'il serait possible d'atteindre ce seuil en consommant davantage d'ALA. « Il serait intéressant de le savoir étant donné que les aliments qui contiennent cet oméga-3 sont plus accessibles et meilleur marché que les produits marins. Entre temps, nos données suggèrent qu'il est préférable de consommer des aliments riches en DHA pour améliorer ses fonctions cognitives », conclut-il.

(Par Jean Hamann - Le journal de la communauté universitaire - Volume 48 - numéro 6 - 11 octobre 2012)

SOURCE : Université Laval

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s