Toubib or Note2bib ? Les sites de notation des médecins se bousculent...

lu 2493 fois

Après les profs, ce sont les médecins qui vont être évalués par leurs patients... On savait que cela allait arriver : plusieurs sites de notation en ligne des médecins français sont annoncés en France. Après les violentes réactions des enseignants au site Note2be jugé « illégitime » par la Cnil et condamné par le tribunal des référés de Paris le 3 mars dernier à ne plus noter les profs « nominativement », Note2bib.com est annoncé pour noter les médecins dès le 15 mars tandis Demedica.com est déjà opérationnel. Cela n'a pas manquer pas de susciter également une controverse et de vives réactions au sein du monde médical...

« Toubib or Note2bib ? Les sites de notation des médecins se bousculent... » L’évaluation, la notation par le client final est un aspect de la gestion de la qualité absolument fondamental. Les entreprises ne s’y trompent pas. Tandis que certaines branches résistent encore, on ne peut nier que le concept lui-même est intéressant. Pour l’instant, le concept du site www.note2bib.com est encore un peu flou (en savoir plus avec l’interview de son fondateur, Nicolas Herson Macarel) et ne contient pour l’instant qu’un appel à réactions déjà remplies de quelques inquiétudes. Même si l’ouverture est pourtant maintenue pour le 15 mars 2008, il est toutefois possible que Note2bib ne sorte pas, après les ordonnances et communiqués du TGI de Paris et de la CNIL concernant Note2be (qui notait les enseignants). En revanche, www.demedica.com, basé à l’ile Maurice et non soumis au droit Français, l’a déjà coiffé sur le poteau depuis quelques jours en permettant de commenter les qualités de plus de 240000 professionnels de santé ! Il est probable que l’annonce de Note2bib a précipité la sortie du site Demedica.com qui n’a pas voulu lui laisser la primeur du sujet.

Noter son médecin ! Un nouveau service internet innovant...

A partir d’aujourd’hui, on peut enfin donner son avis sur les professionnels de santé, librement et simplement. Le service lancé par De Medica SA permet aux Internautes d’attribuer une note de 1 à 5 sur quatre critères : Ponctualité, Accueil, Ecoute et Compétence ; ainsi que d’ajouter un commentaire libre. Les médecins généralistes ou spécialistes, kinés, dentistes, infirmières, sages-femmes, pharmaciens, etc. peuvent donc se voir attribuer une note moyenne selon l’opinion de leurs patients.

Il est entendu que ces notes sont purement subjectives et n’ont pas la prétention d’avoir une valeur scientifique. Ceci dit, allons-nous chez un praticien en particulier pour sa valeur scientifique, ou pour le bien-être subjectif que nous en retirons ? Nous penchons pour la deuxième proposition, et c’est en ce sens que les notes moyennes attribuées par d’autres particuliers ont une vraie valeur.

Serait-il encore normal, à l’heure d’aujourd’hui, de devoir continuer à demander à son entourage proche pour avoir les coordonnées d’un bon dermatologue ou d’une infirmière ? Surtout que les recommandations reçues ne dépendent souvent que d’un seul avis, parfois indirect, et qui ne concerne pas forcément le problème pour lequel on souhaite consulter ... !

Ce nouveau service est d’ores et déjà opérationnel. Il est le site francophone le plus important au monde dans ce domaine avec près de 250.000 praticiens référencés et ce nombre grossit tous les jours ... Une vraie révolution !

De Medica SA, représenté par David Vindaloo

En amérique du Nord, les sites de notation existent depuis longtemps

Les pays anglosaxons sont plus à l’aise avec ce type de démarche. Au Québec notamment, le site www.ratemds.com existe depuis plusieurs années et suscite aussi des réactions. En effet, depuis que le site, créé en mars 2004, permet l’évaluation des médecins canadiens, il connaît une popularité sans précédent. Le site RateMDs suscite également de plus en plus de controverse au Canada. Selon le réseau CTV, l’Association canadienne de protection médicale, qui représente 71 000 médecins au pays, demande que les propos jugées potentiellement diffamatoires soient retirés. À cela, le cofondateur du site, John Swapceinski, répond que « RateMDs est une tribune pour les patients qui craignent de parler à leur médecin et préfèrent l’anonymat d’internet pour se vider le coeur »... Tous les types de sites d’évaluation existent : en fonction de l’avis des confrères, des patientes interrogées à Central Park, des condamnations pour fautes... L’énorme problème est d’éviter la manipulation : comme vérifier que l’internaute qui recommande un chirurgien esthétique n’est pas son assistante ?

L’avis du Dr Dominique Dupagne, Médecin webmaster du site Atoute

« J’avais déjà en tête un projet de ce type depuis plusieurs années, et avais interrogé le Conseil de l’Ordre des Médecins à ce sujet en 2004. La réponse avait été cinglante : Pas de ça en France... Il me paraît évident que ce genre de site ne peut en rien permettre d’éclairer le choix d’un médecin par un patient : un bon médecin, c’est comme un coin à champignons, on se le garde pour soi. Quelle pire situation que ce gynéco recommandé à toutes les copines qui devient injoignable et donne des rendez-vous à 6 mois ? Faute de récompense à partager ses informations, l’internaute n’a aucune raison de livrer ses bonnes adresses. Ceux qui collectionneront des appréciations positives seront le plus souvent des margoulins sachant organiser leur promotion à l’aide de leur famille, ou du personnel de la clinique de chirurgie esthétique... De même, face à une démolition en règle, il pourra aussi bien s’agir d’un vrai butor que de la victime d’une cabale émanant de confrères jaloux.

En pratique, ces sites n’ont donc aucun autre intérêt que de lancer le débat et de convaincre le public, la profession et les autorités de tutelle du caractère irréversible du Web Neuronal : nous sommes reliés, nous communiquons et échangeons des informations/connexions tels des neurones dans un cerveau. C’est un mouvement que l’on ne peut pas plus arrêter que la marée ou le réchauffement de la planète. Mais pour que ce Web Neuronal présente un intérêt fonctionnel, il lui faut des éléments de réentrée qui lui permettent de valider ses connexions en temps réel, comme le fait le cerveau biologique. Sans réentrée, les connexions aboutissent à du bruit et non à des informations pertinentes. Par réentrée, je veux dire une validation permanente de la qualité des informations/connexions au moyen de l’équivalent d’un appareil sensoriel.

Ce que nous observons avec Note2be ou Demedica, c’est le début de la "Netvie". D’autres espèces sont déjà beaucoup plus évoluées (Amazon, Ciao, Facebook, Agoravox). L’évolution darwinienne du Web saura sélectionner les metacerveaux les plus pertinents. J’aurai l’occasion de vous en reparler. En attendant, en créant un pilori mondial pour les professionnels de santé, avec un droit de libération théorique fixé à 100 euros (constituant le coeur du "business model" particulièrement subtil du site : le traitement d’une demande de retrait de la part d’un praticien de santé est subordonné au versement d’une participation aux frais, fixée forfaitairement à un montant de 100 euros), Demedica crée un système amusant qui risque de faire grincer quelques dents mais qui a l’avantage (pour lui) de présenter un gros potentiel économique. »

Le Buzz et le business

Une initiative, à vocation publicitaire, de sociétés commerciales qui assureraient aux internautes la possibilité de noter des médecins dénommés serait annoncée pour mi-mars.

Le Conseil national de l’Ordre des médecins rappelle que l’évaluation des pratiques professionnelles a été mise en place à l’initiative de la profession avec l’implication déterminante de l’Ordre sous l’autorité technique de la HAS. Cette évaluation, nécessaire à la qualité des soins obéit à des critères méthodologiques rigoureux. La vérification de l’adéquation des locaux et de l’installation du médecin relève directement de la compétence ordinale (art. R 4127-71 du CSP ).

Les manquements du médecin en matière de moralité et de comportement doivent faire l’objet de la saisine de la juridiction professionnelle. Dès lors le CNOM s’interroge quant à la validité et la pertinence de la notation qui serait annoncée faute de fondement sur des données sérieuses et une méthodologie rigoureuse. Le CNOM ne fera aucun autre commentaire que ce communiqué

Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM)

Evaluation des médecins en ligne : on touche le fond !

Les créateurs du très polémique site Internet « note2be », récemment considéré comme hors la loi, récidivent en nous annonçant l’ouverture le 15 mars prochain, d’un site d’évaluation des médecins. Nous touchons le summum du consumérisme médical avec « note2bib.com », qui se propose de recueillir les évaluations en ligne et de livrer les précieux commentaires des patients en pâture sur la toile. Les critères retenus sont de plus très subjectifs et en total désaccord avec la réalité de la profession de médecin : « respect des horaires et qualité de l’accueil ». Une bien drôle EPP, on croit rêver ! L’intérêt de ce site, autre que lucratif pour ses créateurs, est tout sauf évident.

Dans un contexte de harcèlement de tous les praticiens par les pouvoirs publics, de risque médico-légal croissant, de rythme de travail effréné, de permanence des soins de plus en plus difficile ; alors que tous les praticiens frôlent le burn-out, il ne nous en fallait pas plus pour nous dégoûter. Un cap risque d’être franchi dans le climat de suspicion et d’agressivité qui caractérise notre société. Ce genre d’initiative malheureuse donnera raison aux jeunes praticiens qui se refusent à franchir le cap de l’installation, voire de partir exercer leur art à l’étranger.

Nous en appelons donc à la raison les responsables de ce site : renoncer à ce projet serait une décision sage, le fragile système de santé français pourrait s’effriter un peu plus. Nous en appelons aussi aux dirigeants de notre pays : Monsieur le Président de la République, Madame la Ministre de la Santé, nous comptons sur vous pour protéger l’exercice des professionnels de santé français

Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF) Jeunes Médecins

(Dr Dominique Dupagne, Atoute.org - mars 2008)

Source : Alexandre Glouchkoff, Diététicien - Nutritionniste

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s