Thé et santé : des résultats contradictoires

lu 4111 fois

Le thé est, après l’eau, la boisson la plus consommée dans le monde (environ 120 ml/j/personne), sous forme de thé noir (76 à 78 %) en Europe, aux Etats-Unis et en Afrique du Nord, ou de thé vert (20 à 22 %) en Asie.

Les effets santé du thé sont liés à son contenu en flavonoïdes, qui varie selon le type de produit, son origine géographique, ses conditions de culture et son mode de préparation, pouvant aller de 100 mg/ml pour une préparation instantanée à près de 600 mg/ml pour le thé bouilli.

Les études réalisées in vitro ainsi que chez l’animal montreraient une corrélation inverse entre l’apport en flavonoïdes du thé et le développement de certaines pathologies chroniques, notamment les maladies cardio-vasculaires et les cancers. Les résultats des études épidémiologiques restent controversés.

Les enquêtes alimentaires omettent souvent de prendre en compte le type de thé, le mode de préparation de la boisson et la quantité consommée. L’influence d’autres facteurs comme le niveau socio-économique et le mode de vie (alcoolisme, tabagisme, consommation de graisses et de café) n’est pas considérée. Des études suggèrent le rôle bénéfique du thé, naturellement riche en fluor, dans la prévention des caries.

La capacité de cette boisson à inhiber la biodisponibilité du fer non héminique (par ailleurs atténuée par l’ajout de citron) pourrait être bénéfique aux patients atteints d’hémochromatose. Les effets bénéfiques du thé sur la santé méritent de plus amples investigations. Il n’est pas encore possible d’émettre des recommandations de consommation.

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s