Télévision et consommations alimentaires

lu 1709 fois

A partir des données de l'étude HBSC, réalisée à la demande de l'OMS dans 35 pays d'Europe et du monde auprès de plus de 150 000 adolescents, les auteurs examinent les relations entre statut socioéconomique, temps passé devant la télévision (TV) et certaines habitudes alimentaires.

Dans 26 pays, les garçons regardent davantage la TV que les filles. Les téléspectateurs de 13 ans sont plus assidus que ceux de 15 ans, qui le sont eux-mêmes davantage que ceux de 11 ans.

D’importantes variations existent entre les pays. C’est en Suisse que la proportion de téléspectateurs assidus est la plus faible (10 % passent plus de 4 heures par jour devant la TV) et que celle des « petits téléspectateurs » est la plus forte (60 % pour moins de 2 heures par jour), à l’opposé de l’Ukraine, avec 17 % de « petits téléspectateurs » et 44 % d’assidus. La France se situe dans la moyenne la plus basse. A l’exception de cinq pays (Groenland, Israël, Italie, Macédoine et Portugal), les adolescents de statut socioéconomique plus élevé sont moins enclins à regarder la TV.

Dans tous les pays, à l’exception du Groenland, l’augmentation du temps passé devant la TV est associée à des fréquences de consommations quotidiennes plus élevées en boissons sucrées et sucreries et, pour une vingtaine de pays, moindre en fruits et légumes.

Certains facteurs, comme la culture alimentaire familiale (repas pris ensemble) et l’exemple des parents, semblent limiter l’influence de la TV et de ses publicités.

Références :

  • Vereecken CA, et al. Public Health Nutrition 2006 ; 9(2) : 244-50.
  • Pour en savoir plus : http://www.hbsc.org

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s