Tabagisme et gain de poids

lu 3736 fois

La survenue d’un gain de poids impossible à contrôler est l’une des craintes les plus répandues à propos de l’abandon du tabagisme. S’il est vrai que certaines personnes peuvent prendre 9 kg au cours de la première année d’abstinence, d’autres études plus encourageantes ont montré que ce gain pondéral initial a tendance à atteindre un maximum après six mois, et que nombreux sont ceux qui retrouvent leur poids corporel normal dans les douze mois suivant l’abandon du tabac...

Les personnes prêtes à cesser de fumer et qui ne se croient pas capables de le faire peuvent trouver un réconfort dans le fait que les anciens fumeurs qui commencent à faire de l'exercice régulièrement ont plus de chances de contrôler leur poids que ceux qui restent sédentaires.

Des chercheurs américains ont étudié chez quelques 900 femmes le gain pondéral suivant l'abandon du tabac ; ils ont découvert que faire de l'exercice est la clé du contrôle du poids pendant la période de deux ans suivant l'abandon du tabac.

Les femmes qui fumaient peu (pas plus de 24 cigarettes par jour) et qui ont commencé à faire de l'exercice de manière énergique, une ou deux heures par semaine, ont eu un gain pondéral moyen de 2,2 kg tandis que celles qui fumaient beaucoup (au moins 25 cigarettes par jour) ont pris presque le double.

Puis les chercheurs ont découvert que plus les volontaires faisaient de l'exercice mieux elles contrôlaient leur poids. Lorsque l'exercice physique hebdomadaire dépassait les deux heures, les femmes qui fumaient peu réussissaient à maintenir leur gain pondéral à 1,5 kg et celles qui fumaient beaucoup à 3 kg.

La tendance à emmagasiner la graisse corporelle lorsque la nicotine est abandonnée est mise sur le compte du ralentissement du métabolisme car la nicotine, comme la caféine, est capable d'augmenter légèrement le métabolisme. Le tabagisme et la nicotine ont d'autres effets physiologiques qui, lorsqu'on les supprime, modifient les mécanismes comportementaux affectifs et sensoriels, ceux-ci, à leur tour, affectant la consommation de nourriture et déclenchant une augmentation de l'envie de manger.

Les mécanismes n'ont pas encore été identifiés mais dès à présent les recherches indiquent que 70 pour cent du gain pondéral enregistré sont dus à une augmentation de la consommation de calories. Une étude a montré que des femmes avaient augmenté leur consommation de nourriture et de boisson dans des proportions qui représentaient une augmentation de 227 calories par jour en moyenne.

Pour ceux qui envisagent d'arrêter de fumer mais qui ont peur de grossir, la clé semble résider …dans le fait d'aborder le problème par les deux parties de l'équation de l'équilibre énergétique.

Plan en 5 points

  1. Faites, de manière régulière, de l'exercice et de la mise en forme plus de deux heures par semaine.

  2. Incorporez trois séances de 25 minutes d'entraînement musculaire afin de minimiser la diminution, normale avec l'âge, de la masse musculaire, et par conséquent du métabolisme.

  3. Tenez un journal de votre alimentation pendant cinq jours avant de cesser de fumer.

  4. Prévoyez de continuer à tenir ce journal lorsque vous cessez de fumer. Comparez-le avec le régime pendant le tabagisme et repérez les moments où vous mangez plus et le genre d'aliment que vous mangez.

  5. Apprenez à triompher des moments difficiles en ayant à portée de main des fruits et des en cas pauvres en graisse.

SOURCE : EUFIC

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s