Syndrome métabolique : du pain complet pour les seniors !

lu 3405 fois

Une étude effectuée chez les personnes âgées révèle, pour la première fois, que la prévalence du syndrome métabolique est plus faible chez les adeptes des produits à base de grains entiers.

Pain blanc ou pain complet pour les seniors ?

Les produits céréaliers complets se voient parfois reprocher d’être moins faciles à digérer, malgré la longue liste d’atouts nutritionnels que l’on peut leur reconnaître. Outre l’apport en fibres et nutriments intéressants des produits pas ou peu raffinés, la consommation de grains entiers est associée à une prévalence plus faible d’affections cardiovasculaires et de diabète de type 2.

Plus récemment, on a découvert que chez les adultes d’âge moyen, les grains complets étaient associés à un risque plus faible de syndrome métabolique, cet éventail «à risque» qui comprend une perturbation du métabolisme du glucose et de l’insuline, une obésité abdominale, des anomalies au niveau des lipides sanguins et de l’hypertension.

Carnet de 3 jours

Des chercheurs de la Tufs University à Boston se sont posé la question de savoir si pour les personnes âgées, chez qui les perturbations de la glycémie et de l’insulinémie sont plus fréquentes que chez les plus jeunes, les grains complets procuraient également certains bénéfices. Ils ont examiné le statut nutritionnel de 535 personnes âgées de 60 à 98 ans, sur base d’un carnet alimentaire de 3 jours. Les facteurs de risque métaboliques ont été évalués à l’aide d’une prise de sang.

Les résultats montrent l’existence d’une association inverse, significative, entre la consommation de grains entiers et le syndrome métabolique, ainsi que de mortalité cardiovasculaire. À l’inverse, la consommation de produits céréaliers raffinés est associée à une glycémie à jeun plus élevée ainsi qu’à une prévalence plus élevée du syndrome métabolique.

Voilà qui vient encore ajouter de l’eau au moulin des produits céréaliers, famille d’aliments dans laquelle on ne peut décidément plus mettre sur le même pied d’égalité ceux qui sont raffinés et ceux qui ne le sont pas. Y compris pour les seniors.

Références :

  • Sahyoun nr ET AL ; Am J Clin Nutr 2006 ;83 :124-31.

(Par Nicolas Guggenbühl, Diététicien Nutritionniste, " HEALTH & FOOD ", News du 08 Février 2006)

SOURCE : Health and Food

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s