Surpoids : l'effet désastreux d'une médicalisation excessive

lu 2736 fois

L'excès de poids et l'obésité, aujourd'hui considérés comme des "épidémies" mondiales, sont en grande partie la résultante de l'inadéquation entre les apports alimentaires et les dépenses énergétiques, en baisse constante avec la sédentarisation galopante. Mais la course à la minceur et la surmédicalisation de la surcharge pondérale ne sont pas étrangers à l'explosion actuelle des troubles du comportement alimentaire...

Si l'obésité androïde ou abdominale, qui prédomine chez les hommes, est souvent associée aux complications métaboliques telles le diabète et les dyslipidémies, à l'hypertension artérielle ou au syndrome des apnées du sommeil, l'obésité gynoïde (prédominance de la masse graisseuse sur les hanches et les cuisses), plutôt observée chez les femmes avant la ménopause, a des conséquences bien moindre sur la santé. En effet, mises à part les éventuelles complications mécaniques et articulaires du surpoids, le retentissement majeur de l'obésité est plus d'ordre psychologique, l'excès de poids ne correspondant pas à l'image corporelle exigée du monde moderne...

La situation assez paradoxale qui en découle fait que de nombreux hommes obèses exposés réellement à des complications graves ne se préoccupent pas de leur poids, tandis qu'une majorité de femmes en surpoids (parfois inexistant), pourtant à bien moindre risque, expriment une très forte demande en matière d'amaigrissement. Il faut ainsi distinguer deux types de demandes complètement différentes : celle émanant de sujets vraiment obèses et celle relevant de pseudo-problèmes de poids. Le désir de se conformer à un certain "idéal minceur", symbole de volonté, de maîtrise de soi, de séduction et de succès social, a conduit bon nombre de femmes à s'imposer des objectifs complètement irréalistes, source de troubles du comportement alimentaire et du très connu "effet yo-yo", particulièrement néfaste pour la santé.

Ainsi, sous couvert honorable de vouloir prévenir des facteurs de risques statistiques liés au surpoids, les institutions médicales ont-elles contribué à la prescription large de régimes restrictifs et punitifs ayant abouti à des comportements alimentaires pathologiques, en partie à l'origine de l'"épidémie" aujourd'hui observée. Les régimes trop sévères et restrictifs, parfaitement impossibles à suivre sur le long terme (heureusement d'ailleurs car les conséquences sur la santé seraient catastrophiques), conduisent le plus souvent à des accès "boulimiques" culpabilisants et à une désorganisation générale de l'alimentation. Les patients non seulement reprennent alors du poids mais en plus culpabilisent de leur incapacité à réussir, et ce d'autant plus que le régime a été prescrit par un médecin. Car il est bien plus facile d'abandonner un régime impersonnel et inadapté recopié sur un magazine ou sur la prescription d'une autre personne que celui de son médecin...

La restriction alimentaire médicalisée a donc bien aujourd'hui montré ses faiblesses et ses limites, voire l'étendue de son inefficacité. C'est d'ailleurs souvent seul que l'individu, lassé et dépité, abandonne les régimes et remet ses problèmes de poids à leur juste place, bravant tous les interdits et faisant enfin preuve de bon sens en substituant souvent le qualitatif au quantitatif, et commence à perdre du poids.

Un constat qui a conduit à modifier la prise en charge du surpoids et de l'obésité, avec une approche plus globale et personnalisée et un objectif beaucoup plus modeste et réaliste. Ceci passe d'abord par la reconstruction de l'histoire pondérale, puis par l'association de conseils nutritionnels, visant surtout à corriger les désordres du comportement, la reprise d'une activité physique intégrée à la vie quotidienne et une approche psycho-comportementale. Quant à la prévention des complications métaboliques chez les sujets obèses, une perte de poids modérée suffit souvent, l'objectif majeur étant le maintient de la perte acquise sur le long terme.

Source : Alexandre Glouchkoff, Diététicien - Nutritionniste

SOURCE : Toute la diététique !

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s