Surcharge pondérale des enfants et des adolescents : prévention et traitement

lu 3491 fois

Un article précédent évoquait l’actuelle épidémie mondiale d’obésité infantile, les problèmes physiques et psycholoqiques graves qui en découlent pendant l’enfance, ainsi que les risques accrus de maladie et de mortalité au seuil de l’âge adulte. Par conséquent, la prévention et le traitement de l’obésité infantile sont une priorité de santé publique. Quelles sont les dernières nouvelles concernant les méthodes et les résultats ?

Théoriquement, la prévention et le traitement de toute surcharge pondérale sont simples. Si l’énergie absorbée est moindre que celle dépensée, le poids diminue, alors que l’inverse provoque une augmentation de poids. Certes, la théorie est simple, mais la pratique ne l’est pas car en particulier :

  • pendant des dizaines de milliers d’années, les gènes de l’homme ont favorisé ceux qui stockaient en période d’abondance, afin de survivre pendant les périodes de disette
  • dans les pays développés, il y a un excès d’aliments riches et appétissants (d’où un changement dans les comportements alimentaires)
  • il n’y a plus guère de nécessité ou d’encouragement à dépenser son énergie, alors que la sédentarité est de mise.
Bien qu’aujourd’hui, on admette que la prévention de l’obésité infantile est une priorité de santé publique, on a du mal à percevoir la méthode la plus adéquate. Plusieurs chercheurs ont récemment étudié les différentes stratégies de prévention et de traitement actuellement appliquées. La plupart des programmes font appel à des approches scolaires ou familiales :

Les approches scolaires se sont tournées vers la prévention, visant tous les élèves dans des classes déterminées pour éviter la stigmatisation des enfants obèses. Non seulement ces programmes englobent des initiatives de promotion de la santé et de l’exercice physique, mais aussi des interventions à facettes multiples, dont ce qui suit :

  • programmes scolaires visant à encourager une alimentation saine et accentuer les jeux physiques
  • mise en pratique des principes en améliorant la composition des repas scolaires (moins de gras et davantage de fruits et légumes)
  • actions pour augmenter le temps dédié à l’activité physique au cours de la journée à l’école.
Ces programmes scolaires ne peuvent réussir, du fait même de leur nature, qu’avec la motivation du corps enseignant formé adéquatement sur les principes et pratiques d’une bonne hygiène de vie.

Les approches familiales

Comme le nom l’indique, l’accent est mis sur la cellule familiale, partant du principe que l’ensemble de la famille doit être encouragé à adopter un mode de vie plus sain, pour éviter que l’enfant ne persiste dans ses habitudes. Pour assurer la motivation et la compétence nécessaires, la majorité de ces études impliquent directement et indirectement des professionnels de la santé ou de l’aide sociale. Le but étant de modifier la conduite au sein du foyer dans son ensemble, pour assurer la pérennité d’un mode de vie sain et équilibré.

Les approches familiales aussi bien que les approches scolaires sont reflétées dans des cas et des modèles exemplaires.

Les défis que les approches actuelles ont à relever

A ce jour, les programmes d’intervention scolaires n'ont en général pas réussi à réduire la prévalence de l'obésité. Quelques études sur la thérapie familiale ont montré une diminution durable de la charge pondérale chez un nombre – très restreint – de personnes particulièrement motivées. L’explication de ce maigre résultat pourrait provenir d’une efficacité réduite des prescriptions diététiques et physiques dans les deux cas. Les facteurs environnementaux (augmentation des activités sédentaires – télévision, jeux vidéo, ordinateurs ; trop peu d’équipements urbains tels trottoirs, pistes cyclables qui devraient stimuler l’activité physique – tendance à manger hors du foyer et demande de plus grandes portions) pourraient faciliter la prise de poids.

Mais alors, faut-il poursuivre des études de ce type ?

Sans aucun doute. Ce qui pourrait d’ailleurs être approfondi, c’est la combinaison d’incitation en milieu scolaire et familial pour une approche à facettes multiples, assortie d’un mode de vie plus sain. L'enjeu est suffisamment important et le jeu… vaut la chandelle.

SOURCE : EUFIC

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s