Stress et obésité : un regain d'intérêt pour les eaux riches en magnésium

lu 7127 fois

Le magnésium est un minéral essentiel à notre organisme. Pour­tant, selon des études concordantes, une large partie de la population en a des apports insuffisants. Il convient donc de bien cerner le risque pour la santé d'une alimentation pauvre en magnésium et de proposer des démarches pour éviter d'éventuelles carences. Certaines eaux minérales qui contiennent des quantités non négligeables de magnésium peuvent constituer ainsi un apport naturel quotidien significatif.

L'alimentation, source indispensable de magnésium

« Stress et obésité : un regain d'intérêt pour les eaux riches en magnésium » - Crédit photo : www.pointsdevente.fr Le magnésium est présent dans toutes les cellules de l'organisme. Mais les réserves sont très faibles : chez l'adulte, environ 25g de magnésium en tout, 60% dans les os, 30% dans les muscles et le reste un peu partout. Comme l'organisme ne fabrique pas de magnésium, il compte donc sur l'alimentation pour des apports réguliers. D'où l'importance dans ce domaine de la nutrition et de la diététique.

Le magnésium intervient dans de très nombreuses actions chimiques cellulaires, notamment pour aider l'ATP (adenosine triphosphate) à synthétiser les protéines dans les cellules. Il joue aussi un rôle important dans les membranes cellulaires pour permettre le passage du calcium et du potassium, ce qui contrôle notamment les influx nerveux, le rythme cardiaque ou la contraction musculaire.

Les signes d'une déficience en magnésium

Les signes de la déficience en magnésium sont peu spécifiques et passent même souvent inaperçus. Dans les cas les plus nets, on retrouve un syndrome neuromusculaire [1], avec hyper-excitabilité, ressemblant à la tétanie, fatigue, signe de Chvosteck (mais pas d'hypocalcémie). Peuvent y être associés des troubles digestifs, perte d'appétit, nausées, et troubles psychiques divers, comme l'irritabilité. L'assocation fatigue/irritabilité est peut-être la plus évocatrice. Cette association fait immanquablement penser à une personne « stressée », ce qui explique que l'on appelle parfois le magnésium l'anti-stress naturel...

Les examens complémentaires

L'essentiel du magnésium étant intracellulaire, avec seulement 1% dans le sang, le dosage sanguin du magnésium n'a pas beaucoup de signification. Quant au dosage érythrocytaire du magnésium, il est trop sujet aux variations individuelles pour être vraiment significatif. Il n'y a donc pas d'examen complémentaire simple pour affirmer le diagnostic d'un manque de magnésium.

Le diagnostic par la cure

En cas de suspicion, devant des signes évocateurs d'un manque de magnésium, l'un des moyens les plus efficaces d'en affirmer le diagnostic est de proposer une cure de magnésium. Si un régime enrichi en magnésium fait disparaître ces signes, c'est que ceux-ci étaient bien dus à un manque de magnésium.

Les risques du déficit prolongé

Si les signes de la déficience en magnésium restent souvent négligés ou inaperçus, les risques de ce déficit n'en sont pas moins réels. De nombreuses études se sont attachées à cerner les conséquences d'une carence en magnésium, conséquences qui sont multiples à l'image du rôle du magnésium dans l'organisme. Ces études ont porté sur de nombreux domaines de la pathologie, et elles tendent, bien qu'encore controversées, à montrer que les régimes riches en magnésium, diminueraient les risques d'HTA, les maladies cardiaques, et l'ostéoporose. Seront évoqués par exemple ici les rapports entre le magnésium et le stress et entre le magnésium et le syndrome métabolique.

Faiblesse des apports en magnésium de notre alimentation moderne

La présence insuffisante du magnésium dans notre alimentation provient à la fois des changements au niveau de la nature de celle-ci, mais aussi des techniques et préoccupations modernes. En effet, tout d'abord, il y a des milliers d'années, l'homme préhistorique avait un régime riche en magnésium (noix, graines, céréales et légumes) et pauvre en calcium. Aujourd'hui, c'est l'inverse, d'autant que l'on a inventé depuis le sucre et l'alcool qui favorisent la déperdition de magnésium. De plus, les engrais qu'on utilise aujourd'hui contiennent beaucoup de potassium, un antagoniste du magnésium qui font que les légumes sont moins riches en magnésium qu'il y a cinquante ans. Enfin, les aliments les plus riches en magnésium sont souvent délaissés ou moins utilisés en raison de leur trop grande richesse en calories (lentilles, haricots, chocolat, bananes, fruits secs...).

Les causes particulières de carence

Il faut mettre à part, mais sans les oublier pour autant, certaines conditions particulières qui rendent la carence plus fréquente, ou plus probable. On peut citer le cas des femmes qui font des régimes amaigrissants ou qui font simplement « attention à leur ligne » et qui évitent soigneusement tous les aliments riches en magnésium car ils sont souvent aussi trop riches en calories ; les femmes enceintes qui ont des besoins accrus ; les personnes âgées qui absorbent moins bien le magnésium ; les sportifs qui ont des besoins augmentés lors de l'exercice physique. Il y a par ailleurs certaines pathologies qui peuvent expliquer ou aggraver la carence : certaines maladies intestinales avec malabsorption, maladie de Crohn par exemple, certaines maladies rénales, traitement diurétique à long terme, alcoolisme.

On constate ainsi aujourd'hui une dissociation nette entre les apports conseillés et les apports réels. L'alimentation quotidienne d'un adulte devrait lui apporter au moins 350 à 400mg de magnésium par jour. Selon l'étude SU.VI.MAX [2], les apports moyens en magnésium en France sont de 224mg par jour. Selon cette même étude, un pourcentage non négligeable de Français aurait des apports insuffisants puisque 70% ont des apports inférieurs aux apports nutritionnels conseillés et pour 1 8% des hommes et 23% des femmes, ces apports sont même Inférieurs aux 2/3 des apports nutritionnels conseillés.

Les sources alimentaires de magnésium

Lorsqu'on veut citer des aliments riches en magnésium, on commence souvent par la caroube, les fèves, les abats et le riz ou le pain complet. On volt qu'on n'est pas tout à fait dans les aliments quotidiens des Français. Voici la teneur en magnésium de quelques aliments riches en magnésium et plus habituels : les lentilles (64mg pour une portion de 200g), les épinards (92mg pour une portion de 200g), la banane (45mg), les pruneaux (20mg pour une portion de 5 ou 6 pruneaux), une poignée d'amandes (90mg pour 40g d'amandes), et bien sûr le chocolat : 34mg pour une barre de 30g de chocolat noir (Source Ciqual [3]). On peut y ajouter les fruits de mer, qui sont parmi les aliments les plus riches en magnésium.

L'enrichissement du régime en magnésium et les eaux minérales

Les eaux minérales dites magnésiennes, qui contiennent plus de 50mg de magnésium par litre, offrent une solution intéressante, d'autant qu'il a été démontré [4] que le magnésium d'une eau minérale est bien absorbé et retenu par l'organisme. La biodisponiblllté du magnésium de l'eau était même supérieure à celle du magnésium apporté par l'alimentation. Une autre étude [5] menée chez des femmes adultes a confirmé ces données, en particulier si l'eau est consommée avec un repas.

De plus, boire une eau magnésienne est un geste naturel qui s'inscrit dans la recommandation de santé publique qui est de boire entre 1 L et 1.5L d'eau par jour. Ce qui est d'autant plus judicieux que l'ensemble des médicaments à base de magnésium sont désormais totalement déremboursés. Certaines eaux minérales en consommation quotidienne représentent un apport non négligeable.

On peut citer par exemple l'eau minérale de grande consommation qui en contient le plus, Rozana. Avec 160mg/l, elle contient 1.3 à 3 fois plus que les autres eaux magnésiennes, et apporte près de 50% des besoins quotidiens en magnésium.

  • ROZANA : 160mg/l
  • HEPAR : 119mg/l
  • BADOIT : 85mg/l
  • St ANTONIN : 78mg/l
  • QUEZAC : 75mg/l
  • CONTREX : 74,5mg/l
  • COURMAYEUR : 56mg/l
  • SAN PELLEGRINO : 52mg/l
  • VERNIERE : 51 mg/l

Certes les eaux magnésiennes peuvent être utilisées en cure de quelques semaines pour affirmer le diagnostic d'un manque de magnésium, mais aussi, bien entendu, de façon régulière tout au long de l'année pour pallier un régime trop pauvre en magnésium et éviter les risques d'une carence à long terme.

Références bibliographiques

  • Durlach J, Bac R Durlach V, Bara M, Guiet-Bara A. Neurotic, neuromuscular and autonomic nervous form of magnesium imbalance.Magnes Res 1997 ; 10 : 169-195.
  • SU.VI.MAX : Etude de supplementation en vitamines et minéraux. 1994-2003.
  • Répertoire général des aliments - Ciqual - 1996
  • Berthelot, Laurant R Robin S, Delabroise AM. Evaluation of the absorption and balance of magnesium from mineral water in rats. In Cur­rent Research in Magnesium, 1 chapter 36, p 149-151, MJ Halpern and J Durlach. Ed John Libbey et Company, 1996
  • Sabatier M, Arnaud MJ, Kastenmayer R Rytz A, Barclay DV. Meal effect on magnesium bioa­vailability from mineral water in healthy women. Am J Clin Nutr. 2002 Jan;75(1 ):65-71 Sabatier M, Arnaud MJ, Turnlund JR. Magnesium ab­sorption from mineral water. Eur J Clin Nutr. 2003 Jun;57(6):801-2.

(Dr François Raoux, Cellule scientifique NEPTUNE - La revue de nutrition pratique - DIETECOM - Mars 2011)

SOURCE : NEPTUNE / CASTEL

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s