Société, concepts et alimentation

lu 2145 fois

Nos sociétés évoluent, nos concepts aussi. Nos impératifs ne sont plus ceux de nos grands-parents. Mais nos besoins sont restés les mêmes : une médiation impossible ?

« Société, concepts et alimentation » - Crédit photo : © Sebastian - Fotolia.com Il faut reconnaître que nous sommes au siècle de la vitesse et que cette vitesse est croissante. Cela n’est pas sans répercussions inattendues sur la vie de chaque individu: tout le monde est devenu pressé. Mais à part la plaisir de la vitesse, qui est réel bien que parfois dangereux pour ceux qui ont les moyens d’y goûter, où sont passés nos plaisirs? Ceux de la convivialité, du bon goût, du bonheur d’être ensemble, autour d’un bon repas ? Le problème, avec les repas d’aujourd’hui, c’est qu’il faut le temps de les préparer. Pourtant, manier la casserole est aussi un plaisir pour bon nombre d’entre nous. Mais … ce plaisir prend un temps dont on dispose de moins en moins. Bref, tout cela devient plus difficile.

Un concept émergent

Toutes ces questions ont amené sociologues et producteurs à définir un nouveau concept qui émerge depuis quelques années en matière nutritionnelle: le « convenient » ou la « convenience ». Pour le dire en français, avec plus de mots que les Anglais mais sans doute aussi avec plus de nuances, il s’agit de faire coïncider les impératifs de nos sociétés avec les notions de plaisir, de santé et de convivialité. On ne peut pas traduire le mot de « convenience » en un seul mot français : il faut dire « confort, bien-être et plaisir » tout à la fois. Cette notion de convivialité que nous venons d’évoquer est tellement importante. Elle est en rapport direct avec la santé psychique dans une société qui a tendance à prétendre oublier que l’Homme n’est pas une machine à produire et qu’il a des aspirations autres que celles que peut lui procurer son seul travail.

Une réponse adaptée

Voilà donc que des producteurs et distributeurs de génie ont inventé le moyen de marier l’eau et le feu, de concilier le manque de temps avec le plaisir de cuisiner pour ceux qu’on aime et celui de déguster, dans une intimité chaleureuse, des mets que l’on apprécie. Ils ont mis au point des repas préparés mais non cuisinés. La priorité est donnée à la saveur, à l’ultra-fraîcheur (pas plus de trois jours de conservation), à la santé et au plaisir. Des portions pour deux personnes sont proposées, sans dérober à celui qui l’aime le plaisir de cuisiner mais en lui permettant de le faire tout à son aise dans le peu de temps dont il dispose. Et si vous voulez trouver ces repas du 21éme siècle, regardez bien autour de vous. Vous trouverez: c’est disponible dès maintenant. Dernier impératif dans le concept de « convenience »: un coût abordable. Ils y sont parvenus.

(Dr. J Andris, " HEALTH & FOOD " numéro 87, avril 2008)

SOURCE : Health and Food

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s