Selon un projet européen, les dentistes pourraient détecter l'ostéoporose

lu 3233 fois

Un projet d'une durée de trois ans financé par l'UE a permis de découvrir que les rayons X dentaires pourraient être utilisés pour détecter l'ostéoporose, une raréfaction pathologique du tissu osseux.

« Selon un projet européen, les dentistes pourraient détecter l'ostéoporose » Les chercheurs ont découvert qu'en mesurant l'épaisseur d'une partie de la mâchoire inférieure d'un patient grâce à un logiciel développé par l'équipe, les dentistes pourraient facilement identifier le risque pathologique chez les hommes et les femmes.

Selon cette étude, l'ostéoporose touche presque 15 % des femmes occidentales dans la cinquantaine, 22 % dans la soixantaine et 38,5 % dans la septantaine. 70 % des femmes âgées de plus de 80 ans présentent un risque. La maladie comporte un risque élevé de fractures osseuses et le risque de fractures ostéoporotiques chez les hommes est presque aussi important que chez les femmes.

Saisissant la gravité de « l'épidémie silencieuse » de l'ostéoporose, les États membres ont tenté d'améliorer l'identification des personnes à risque. Cependant, les coûts élevés et le manque d'équipement et de personnel spécialisés rendent impossible tout dépistage de la maladie à grande échelle.

Le professeur Keith Horner et le docteur Hugh Devlin de l'université de Manchester ont coordonné le projet en collaboration avec les universités d'Athènes, de Louvain, d'Amsterdam et de Malmö afin de développer une approche automatisée pour détecter la =maladie. Les résultats sont publiés dans l'édition de janvier de la revue Bone.

L'équipe a utilisé les techniques de « l'active shape modelling » (modelage actif de la forme) développées à l'université de Manchester pour détecter les largeurs du cortex de la mâchoire inférieures à 3 mm, un indicateur clé de l'ostéoporose.

« Au début de notre étude, nous avons testé la présence de l'ostéoporose chez 652 femmes en utilisant la norme de référence actuelle, le très onéreux test DXA », a déclaré le professeur Horner. « Celui-ci a permis d'identifier 140 malades. Notre test au rayon X automatisé a immédiatement détecté que plus de la moitié des femmes étaient atteintes. Les patientes concernées n'auraient pas pu subir un test révélant la présence d'ostéoporose autrement. »

« Cette approche avantageuse, simple et largement automatisée pourrait être réalisée par chaque dentiste lors des radiographies courantes, néanmoins, le taux de réussite dépend du nombre de médecins consultants disponibles. », a-t-il ajouté.

Les chercheurs espèrent maintenant que les entreprises d'équipements radiographiques vont chercher à intégrer le logiciel dans leurs produits de sorte à le rendre disponible pour les dentistes.

Pour tout renseignement complémentaire sur ce projet, cliquez ici

Source : Copyright © Communautés européennes, 2007

SOURCE : Communautés européennes

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s