Rôle de l'activité physique dans le contrôle du poids

lu 3471 fois

La prise de poids avec l’âge est quasiment la règle dans les pays développés. L’exercice physique semble jouer un rôle dans cette évolution du poids avec l’âge, et pourrait éviter certaines obésités tardives et leur cortège de comorbidité.

Wier et collaborateurs ont étudié longitudinalement 1229 employés de la NASA participant à un “programme santé”. Il s’agissait d’une étude d’observation, sans intervention sur l’alimentation ni sur l’activité physique. Les sujets ont été pesés à leur entrée et à leur sortie de l’étude, et leur Niveau d’Activité Physique (NAP) a été évalué 4 fois par an à l’aide d’une échelle d’auto-évaluation validée.

A l’issue de la période de suivi (5,5 ans en moyenne), le poids de fin d’étude dépendait du poids initial, du sexe et du NAP. Il existait une relation inverse entre le NAP et la prise de poids : les sujets ayant un faible NAP avaient pris du poids, et ceux ayant un NAP élevé en avaient perdu. L’influence du NAP était plus prononcée chez les femmes : les femmes peu actives gagnaient 2 fois plus de poids que les hommes, alors que les femmes très actives en perdaient 3 fois plus.

A NAP égal, les obèses perdaient plus de poids que les autres sujets, ce qui s’explique aisément : le coût énergétique d’une activité physique est en effet proportionnel au poids. En revanche, l’effet différentiel du NAP selon le sexe reste, pour les auteurs, mal expliqué. L’interprétation de cette étude doit néanmoins rester prudente en raison de l’existence de certains biais. Les sujets observés sont des Américains volontaires pour un “programme santé”, qui ne sont donc pas représentatifs de la population générale. De plus, les apports énergétiques alimentaires, non évalués dans cette étude, ont pu se modifier au cours du suivi et ainsi influencer l’évolution pondérale.

Quoi qu’il en soit, cette étude confirme “scientifiquement” une notion de bon sens : l’activité physique (lorsqu’elle n’est pas contre-indiquée), contribue par elle-même et de manière “dosedépendante” au contrôle du poids.

SOURCE : Institut Danone

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s