Restriction calorique et prévention de la maladie d'Alzheimer

lu 4070 fois

Une étude dirigée par l'Ecole de Médecine du Mont Sinaï étend et appuie les recherches indiquant que des régimes diététiques expérimentaux stoppent ou même font reculer les symptômes de la Maladie d'Alzheimer (MA).

Cette étude démontre le rôle bénéfique potentiel de la restriction calorique dans la neuropathologie du cerveau de type MA, chez les primates non-humains. La restriction de la prise calorique pourrait prévenir la maladie en déclenchant une activité cérébrale associée à la longévité.

Les chercheurs ont fait suivre à des singes écureuils des régimes caloriques normaux ou restrictifs pendant toute leur vie jusqu’à leur mort survenue naturellement. Ils ont calculé qu’une réduction calorique de 30% avait pour conséquence une réduction de la neuropathologie amyloïde de type MA dans le cortex temporal, lequel intervient dans le contrôle de l’alimentation.

Cette réduction était corrélée à une longévité accrue de la protéine SIRT1, située dans la même région du cerveau et dont le rôle est établi dans diverses fonctions concernant les pathologies du vieillissement. Les recherches élucident ainsi la relation importante existant entre l’expression de gènes de longévité, tels que SIRT1, en terme de restriction calorique, et les mécanismes associés à la prévention de la maladie d’Alzheimer.

Cette avancée annonce d’autres études sur la restriction calorique chez l’homme et laisse espérer la possibilité de prévenir voire de stopper cette maladie dévastatrice, déclare Giulio Maria Pasinetti, de l’Ecole de Médecine du Mont Sinaï, principal auteur de l’étude.

Il n’y a pas, actuellement, de traitements connus de la maladie ou de stratégies préventives efficaces. Alors que les facteurs génétiques sont responsables des cas précoces, ils semblent jouer un rôle moindre en ce qui concerne les cas tardifs sporadiques de la maladie d’Alzheimer, qui en constituent la forme courante.

L’étude sera publiée dans le numéro de novembre 2006 de la revue Journal of Alzheimer’s Disease.

SOURCE : Centre International de Recherche Scientifique

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s