Régime méditerranéen, un pouvoir anti-inflammatoire ?

lu 10502 fois

Depuis de nombreuses années, on vante les vertus du fameux régime méditerranéen. Aujourd'hui, une équipe de chercheurs met en avant une facette méconnue de cette alimentation : son action anti-inflammatoire, bénéfique pour la santé des vaisseaux.

Le régime méditerranéen, dont le principal emblème est l'huile d'olive, remplit différentes caractéristiques alimentaires, plébiscitées pour leurs effets bénéfiques sur la santé. Cette alimentation traditionnelle des abords de la Grande Bleue est associée à un risque réduit de certaines pathologies (obésité, diabète, maladies cardio-vasculaires ainsi que certains cancers). En pratique, elle associe l'abondance des fruits, légumes, fruits à coque, graines et céréales complètes issus de la saison et de la culture locale. Elle repose également sur la consommation faible à modérée de produits laitiers et de viande rouge. Mais aussi de poisson et... de vin qui, consommés modérément au cours du repas auraient un effet protecteur sur le système cardio-vasculaire. Une autre caractéristique est le plaisir de manger et la convivialité des repas.

Assiette anti-inflammatoire

Les maladies cardiovasculaires comportent une forte composante inflammatoire, qui se matérialise par des lésions de la paroi artérielle et par la sécrétion de marqueurs spécifiques. Des chercheurs espagnols ont étudié l'effet du régime méditerranéen sur cette inflammation cardiovasculaire. L'étude a été conduite chez plus de 700 sujets, hommes et femmes, âgés de 55 à 80 ans, à haut risque de présenter une maladie cardiovasculaire (présence d'au moins trois facteurs de risque).

Un questionnaire a permis l'évaluation quantitative de la consommation en fruits, céréales complètes, noix et huile d'olive vierge des différents sujets. Les résultats sont explicites : ceux qui consomment le plus de mets caractéristiques du régime crétois voient leurs paramètres sanguins témoins de l'inflammation s'atténuer (protéine C-reactive, interleukine-6 et les molécules d'adhérence ICAM-1 et VCAM-1).

Cette association intéressante qui apparaît dans les populations des abords de la Méditerranée ne peut pas, sur base de cette étude, être extrapolée aux contrées du Nord, d'où l'intérêt de poursuivre les recherches. Mais ces données viennent renforcer le bénéfice santé déjà largement documenté des saveurs méditerranéennes. Encore une bonne raison pour inviter le soleil à votre table !

Sources et références :

  • Salas-Salvado et al, Eur J Clin Nutr, 2007 Apr 18 ;

(Par Stéphanie Vanbever et Nicolas Guggenbühl, Diététiciens Nutritionnistes, " HEALTH & FOOD " News du 9 mai 2007)

SOURCE : Health and Food

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s