Rapport du CNC sur l'étiquetage nutritionnel

lu 2475 fois

Une réflexion a été menée au CNC (Conseil National de la Consommation) agroalimentaire pour faire évoluer la réglementation européenne sur l'étiquetage nutritionnel actuel. Il existe en effet une demande forte des consommateurs de disposer sur les emballages d'informations plus claires et compréhensibles.

De multiples initiatives sont prises par les Etats membres, les industriels, les distributeurs et la restauration.

Le rapport du CNC présenté le 9 mars fait apparaître de nombreux points de convergence entre les consommateurs et les professionnels, notamment : la nécessité d'avancer pour enrayer l'installation anarchique de nouveaux systèmes, le rejet de tout marquage (logo...) des aliments qui les positionnerait comme « bon », « moyen » ou « mauvais », un accord pour un système d'information objectif et compréhensible basé sur l'expression des teneurs de l'aliment par rapport aux apports journaliers recommandés, et la nécessité d'un accompagnement pédagogique lors de la mise en place d'un nouvel étiquetage.

Le point de divergence majeur reste le caractère obligatoire de l'étiquetage, souhaité par les consommateurs, ou volontaire souhaité par les professionnels qui ont souligné cependant que l'étiquetage nutritionnel est de plus en plus présent sur les aliments. Guillaume Cerutti, directeur général de la DGCCRF, a demandé de poursuivre les travaux pour des propositions plus concrètes qui permettront à la France de se positionner dans les futurs travaux européens.

L'ANIA travaillera également en lien avec la CIAA qui s'est engagée à établir des recommandations pour un système cohérent à appliquer par l'industrie européenne.

SOURCE : Association Nationale des Industries Alimentaires

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s