Quelles solutions pour le futur de l'alimentation ?

lu 3379 fois

Nourrir 9 milliards d’individus d’ici 2050 nécessite l’augmentation de 70 % de la production alimentaire mondiale. Or, l’agriculture qui permet cette production est responsable de 33 % de la production de gaz à effet de serre. Avec Eating Planet, le Barilla Center for Food & Nutrition décrypte les enjeux de demain en matière d’alimentation et de nutrition et présente ses recommandations d'actions concrètes à l’attention des décideurs mondiaux pour remédier aux problèmes soulevés.

Sommes-nous en mesure de produire des aliments pour tous les habitants de la planète et de les distribuer de façon équitable ? Est-il possible de reformer le secteur agro-alimentaire de façon à préserver l’environnement et les ressources naturelles ? Quelles sont les règles d’une alimentation durable qui préserverait la santé des individus ?

Voici quelques-uns des thèmes abordés par Eating Planet 2012, le premier rapport international sur l’alimentation et la nutrition rédigé par le Barilla Center for Food & Nutrition (BCFN), avec la collaboration du Worldwatch Institute de Washington et les contributions de nombreux experts et personnalités de tout premier plan, tels que Mario Monti, Shimon Peres ou encore Raj Patel et Marion Nestle.

Depuis trois ans, les experts du BCFN analysent en profondeur les scénarii mondiaux liés aux thématiques d’alimentation et de nutrition, ainsi que leur évolution continue à travers un dialogue ouvert avec les institutions, la recherche, les entreprises, les principaux experts du secteur et la société, en invitant tous les acteurs à participer et apporter leur propre contribution.

Dressant un bilan de ces trois premières années d’activité, Eating Planet s’articule selon 4 grandes thématiques : une alimentation pour tous, une alimentation pour le développement durable, une alimentation pour la santé et une alimentation pour la culture.

Chacune de ces parties est constituée d’une analyse des enjeux actuels et de recommandations d’actions concrètes à mettre en place pour remédier dès demain aux problèmes mis en évidence.

Entre 2010 et 2011, la hausse des prix des matières premières alimentaires a créé 44 millions de « nouveaux pauvres » et ce, dans un contexte où plus d’un milliard d’individus souffrent de la faim. La faim étant la conséquence directe de la pauvreté, il est essentiel de soutenir le développement économique des pays les plus pauvres, en particulier dans le secteur d’activité qui contribue le plus à leur croissance : l’agriculture. Cela passe par un nécessaire renforcement des mécanismes de gouvernance mondiale et ce, à travers plusieurs actions : la construction d’un système d’échanges commerciaux transparent, responsable et fondé sur des règles multilatérales ; la réglementation de la spéculation financière ; la création d’un système globalisé de réserves alimentaires ; l’amélioration de la transparence sur les flux et les stocks.

L’agriculture utilise 92 % des ressources mondiales en eau pour la production alimentaire, dont un tiers est gaspillé. Le BCFN analyse l'utilisation durable des ressources naturelles à l'intérieur de la filière agroalimentaire, en cherchant des solutions qui garantissent l'accès à l'eau et à la nourriture de manière équitable et élargie au niveau mondial, tout en protégeant l'environnement, les cultures et la biodiversité. Dans cette optique, il souhaite promouvoir un portefeuille équilibré de systèmes agricoles et une gestion rationnelle de l’eau, et éduquer la société à des modes de consommation plus durables. Toutes les composantes de la société ont donc un rôle essentiel à jouer ; c’est pourquoi le BCFN met l’accent sur la responsabilisation collective, notamment celle des parents et des institutions.

148 millions d'enfants dans le monde accusent un retard de croissance, tandis que 155 millions sont en surpoids ou obèses. Au regard du lien étroit entre le mode de vie pendant la croissance et l’apparition de pathologies à l’âge adulte, adopter un régime alimentaire sain et un mode de vie actif dès l’enfance permettrait de prévenir l’apparition des maladies chroniques les plus courantes. C’est pourquoi, il est important de rappeler le rôle central de tous les acteurs de la société liés aux différentes étapes de la vie de l’enfant : de la famille à l’école, en passant par les professionnels de santé, etc.

Une hausse de 20 % d’adhérence au régime méditerranéen réduit l'apparition de maladies cardiovasculaires de 4 % sur 10 ans. Il est nécessaire de faire revivre certaines dynamiques fondamentales caractéristiques des cultures gastronomiques les plus attentives au lien entre nourriture et personne, parmi lesquelles la culture méditerranéenne. Il s’agit en particulier de valoriser la convivialité, protéger la diversité locale, transférer les connaissances et le savoir-faire liés à la préparation des aliments.

Le livre Eating Planet 2012 est disponible online sur le site web du BCFN depuis le dimanche 22 avril.

SOURCE : Barilla Center for Food & Nutrition

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s