Publicité

Quel repas de Noël est le plus calorique d'Europe ?

6630 vues Temps de lecture : 7 min Réagir

Quel repas de Noël est le plus calorique d'Europe ?

Sous la direction du docteur Wayne Osborne, le site internet Treated.com a étudié les différents menus consommés pour Noël en Europe et le nombre de calories qu'ils contiennent. Les menus de chaque pays européen ont donc été classés, du plus au moins calorique. La surprise est que la France arrive dans le haut du tableau, en troisième position après le Royaume-Uni et l'Irlande. Au total 23 menus ont été comptabilisés, répertoriant la majorité des pays du continent européen célébrant Noël.

Publicité

Pour nombre d’entre nous, Noël représente un moment particulier. Chaque famille, chaque région a ses propres traditions pour célébrer le 25 décembre. Certains célèbrent Noël uniquement le 24 décembre au soir, d’autres le 25 décembre. Certains célébreront cette fête traditionnelle pendant les deux jours. Et c’est d’autant plus vrai lorsqu’on a une grande famille.

Mais peu importe la date privilégiée, c’est bien le menu de Noël qui fait l’objet de toutes les attentions. Et pour cause, la préparation débutera plusieurs jours en avance et sera rythmée par l’achat des huîtres, de la bûche de Noël ou du foie de gras…

Chacun a sa propre interprétation du repas parfait de Noël et de ce qui devrait être ou non sur la table. C’est une question prise au sérieux par de nombreux français.

Cependant, malgré les disparités que l’on observera d’une famille à une autre, s’il y a bien un élément commun à tous, c’est la quantité de calories ingurgitées pendant la période des fêtes. Noël est sûrement le moment de l’année où l’on s’autorise tous les excès culinaires.

Publicité

Selon une étude britannique publiée en décembre 2014, 6 0000 calories sont consommées en moyenne pendant le repas de Noël. Le repas traditionnel britannique a bien sûr ses spécificités tel que le pudding de Noël, mais inclut aussi de la dinde, des pommes de terre sautées, du vin…

En fait, bien que Noël soit fêtée dans toute l’Europe, chaque pays a ses propres traditions culinaires. Sommes-nous les seuls à avoir un repas hautement calorique? Est-ce que nos traditions en matière de repas de Noël sont si différentes de nos voisins européens ?

Certains pays européens ont pour tradition un déjeuner ou un dîner de Noël à base d’aliments hautement caloriques et mauvais pour le cholestérol. D’autres pays privilégient des options beaucoup plus équilibrées pour la santé.

Notre équipe a donc étudié les traditions culinaires pour Noël de la majorité des pays européens et a comptabilisé le total des calories ingurgitées. A partir de ces résultats, nous avons élaboré un classement des repas de Noël les plus caloriques en Europe, pour notamment les comparer à la France.

Carte européenne des repas de Noël

Publicité

Principales constatations :

  • Le Royaume-Uni et l’Irlande arrivent en haut du classement et obtiennent donc les titres de repas de Noël les plus caloriques d’Europe
  • La surprise pour nous français est que la France arrive deuxième position, avec un résultat très proche des 1ers ex-aequo
  • La Lituanie a une tradition culinaire beaucoup plus modeste et gagne le titre de repas de Noël européen le plus équilibré
  • La République Tchèque arrive juste derrière la Lituanie

Classement calorique des repas de Noël

Quel lien entre les jours fériés et le nombre de calories consommées ?

Il est intéressant de constater une légère corrélation inversée entre la valeur calorique des plats de Noël et le nombre de jours fériés existants dans chaque pays.

  • En France, l’un des pays comptabilisant le plus grand nombre de calories, seuls deux jours fériés pour les fêtes sont institués (le jour de Noël et le jour du Nouvel An)
  • Au Royaume-Uni, trois jours sont fériés: le jour de Noël, le “Boxing Day” (26 décembre) et le jour de Nouvel An
  • La Lituanie comptabilise quatre jours fériés (24-25-26 décembre et le 1er janvier). En Finlande, en plus de ces quatre jours, l’épiphanie est aussi fériée, ce qui donne un total de 5 jours fériés. L’Islande offre aussi cinq jours fériés (24-25-26-31 décembre et 1er janvier). Or, dans chacun de ces trois pays, le nombre de calories comptabilisées est inférieur à 2 500

Ainsi, si l’on prend exemple du cas français et même si le repas de Noël est hautement calorique, de nombreuses personnes seront de retour à leur bureaux dès le lendemain.

Ce n’est pas le cas pour les britanniques. Le Boxing Day est une tradition très anglaise qui sonne le début des soldes d’hiver. Néanmoins, la majorité des anglais préféreront profiter d’un repas décontracté devant les matchs de football.

Si les calories ingurgitées avaient été comptabilisées sur l’ensemble de la semaine, des pays comme la Finlande ou l’Islande auraient probablement eu un classement beaucoup moins flatteur.

Les traditions modestes de la Lituanie

En terme de calories comptées, les traditions plutôt solennelles de la Lituanie jouent en la faveur de ses habitants.

Les 12 repas traditionnels du dîner de la nuit de Noël sont une tradition religieuse toujours très respectée en Ukraine et en Pologne, tout comme en Lituanie. De légères différences existent toutefois selon les régions.

Traditionnellement, le repas de Noël lituanien ne contient pas de viande, aucun produit laitier, ni d’alcool. Il se compose plutôt de poissons et de légumes. En Lituanie, les préparations sucrées sont aussi exceptionnelles. C’est donc ce qui explique que le nombre de calories comptabilisées est relativement faible.

Quelles sont les surprises du classement ?

Italie : Ce pays est mondialement connu pour sa gastronomie. Pourtant, le menu italien de Noël totalise 2 721 calories au total. Cela peut sûrement s’expliquer par le fait que les italiens mangent principalement du poisson à Noël

Portugal : Cet autre pays du sud de l’Europe obtient aussi un résultat surprenant. Comme pour l’Italie, le plat de Noël se compose principalement de poisson. Néanmoins, les desserts typiquement portugais y font beaucoup dans le total du nombre de calories ingurgitées

Quelles conséquences sur la santé ?

Comme nous le savons déjà, la consommation d’un nombre important d’aliments sucrés et gras favorise les problèmes de santé. L’hypertension artérielle, l’excès de cholestérol, le diabète de type 2 et l’obésité sont autant de conséquences à lier à des habitudes alimentaires non équilibrées.

Pour rappel, 15% de la population adulte française est obèse, 40% de la population française adulte est en surpoids ou obèse. Le nombre de personnes en surpoids est en augmentation. Mais à titre de comparaison, la France reste relativement épargnée. Pour information, un adulte britannique sur quatre est obèse.

Le nombre recommandé de calories à consommer par jour pour la femme et l’homme est de respectivement 2000 et 2 500. Si l’on compare ces données aux 3 217 calories consommées pour le repas de Noël, on comprend très bien la mesure de l’excès.

Evidemment, les fêtes de Noël sont un événement unique dans l’année et si c’est une fête tellement appréciée c’est aussi parce que l’on s’autorise des excès culinaires exceptionnels.

Mais même si l’occasion est exceptionnelle, il ne faut pas négliger les conséquences qu’un tel menu à sur votre corps :

  • A titre de comparaison, une personne pesant 70 kgs devra marcher près de 14 heures ou courir presque 4h et demi pour dépenser les calories ingurgitées

Si on met ces données en perspective :

  • Marcher une heure de plus chaque jour ou courir trente minutes supplémentaires par jour pendant deux semaines

Deux semaines d’exercices sont donc nécessaires pour annuler vos excès de Noël.

Quels conseils pour consommer moins de calories à Noël ?

Il existe plusieurs techniques pour réduire le nombre de calories consommées pendant le repas de Noël.

  • Vous pouvez cuisiner de manière différente. Par exemple, utiliser de l’huile d’olive plutôt que de la graisse de canard ou d’oie
  • Privilégiez la viande blanche plutôt que rouge et évitez la viande transformée, comme la viande de saucisse ou les saucisses en croûte
  • Une autre option est d’ajouter dans un premier temps les légumes dans votre assiette et ensuite les protéines, les glucides et les condiments. Avec cette technique, vous vous assurez de manger plus d’aliments riches en fibres et moins de graisses
  • Il peut être intéressant de s’inspirer de nos voisins scandinaves et méditerranéens qui privilégient les plats à base de poisson plutôt que la viande. Evidemment, cela va à contre-courant de nos traditions de Noël, mais pour certaines personnes recherchant une alternative plus équilibrée, cela peut être la solution

Décembre : un mois à tentation

La difficulté est que de plus en plus fréquemment, la période Noël ne correspond pas uniquement aux 24 et 25 décembre et que les excès en matière de nourriture peuvent s’étaler sur l’ensemble du dernier mois de l’année.

Les occasions d’organiser un dîner de Noël avec ses amis ou avec d’autres membres de sa famille se multiplient. Les repas de Noël organisés par son entreprise sont aussi de plus en plus fréquents. Et évidemment, il ne faut pas oublier le réveillon du Nouvel An.

Pour beaucoup, une consommation calorique en excès le jour de Noël est un fait. Mais plus cela devient une habitude, plus il sera difficile de revenir à une routine alimentaire classique une fois les fêtes de fin d’année sont terminées.

Cela peut sembler évident, mais la meilleure manière de contrôler son alimentation est de faire attention. Essayez de se retenir pendant les jours qui précèdent et qui suivent Noël est aussi important d’un point de vue psychologique, pour apprécier pleinement le grand jour.

SOURCE : Treated.com France

Cela pourrait vous intéresser

Publicité