Que penser des diètes protéiques ?

lu 2834 fois

Les régimes hyperprotidiques (HP), proposant 25 à 35 % des apports énergétiques totaux sous forme de protéines, sont de plus en plus populaires chez les candidats à l'amaigrissement. L'article passe en revue les études portant sur les mécanismes d'action de ces régimes ainsi que sur leurs effets potentiellement délétères.

A court terme, les régimes HP induisent une augmentation de la satiété et de la thermogenèse alimentaire, ainsi qu'une réduction des apports énergétiques (d'environ 9% par rapport à un régime normoprotidique). Malgré cela, leur influence sur la perte de poids et sur une modification de la composition corporelle (perte de masse grasse) n'est pas clairement établie.

Par ailleurs, de nombreuses études semblent montrer qu'un excès de protéines aurait des effets dommageables sur le statut osseux, en favorisant la perte de calcium urinaire, notamment si cette action néfaste n'est pas atténuée par des apports en potassium et en bicarbonates adéquats. En ce qui concerne les effets des régimes HP sur les pathologies rénales, seule leur action néfaste chez les personnes souffrant déjà d'une atteinte rénale peut être admise. De même, leurs éventuels effets délétères quant aux risques cardiovasculaire et cancérogène, ainsi que sur le diabète, ne sont pas clairement mis en évidence. Des études supplémentaires sont donc nécessaires, mais les résultats observés jusqu'à présent incitent cependant à déconseiller ce type de régime chez les individus les plus à risque de développer l'une ou l'autre de ces pathologies.

SOURCE : Centre de Recherche et d’Information Nutritionnelles

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s