Que mangerons-nous demain ?

lu 2442 fois

Notre alimentation est-elle adaptée à nos besoins ? Pourquoi une telle montée de l'obésité, du diabète et des cancers ? Pourquoi, alors que nos connaissances sur les liens entre alimentation et santé sont de plus en plus sûres, continuons-nous à être mal nourris ? Ce livre fait le point sur tous les bienfaits démontrés scientifiquement d'une alimentation bien conduite et pointe les incohérences de notre chaîne alimentaire, qui crée un environnement peu favorable, pour notre santé à long terme.

Le livre

« Que mangerons-nous demain ? » L’ouvrage passe en revue les défauts de l’alimentation actuelle, en parcourant la totalité de la chaîne agroalimentaire, du champ jusqu’à l’assiette. Tout y passe, sur un ton calme et posé, lucide, loin de l’intégrimse de certains fanatiques, l’auteur critique le productivisme agricole (pesticides, engrais, élevage hors sol, ...), les préparations industrielles (utilisation de conservateurs et autres ingrédients chimiques, procédés de transformation dénaturants, ...), la grande distribution (consommateur déconnecté de la réalité, étiquettes trompeuses, ...).

De la même façon, l’auteur nous informe des recommandations actuelles issues de la nutrition préventive. Là encore, l’auteur sait s’affranchir de tout manichéisme et tempère ses conseils. Il ne tombe pas dans le piège des régimes extrêmes, rigides, interdisant ou obligeant la consommation de certains aliments. Il nous explique au contraire que l’utilisation des aliments par notre corps est fort complexe et résulte de processus synergiques subtils et qu’il est par conséquent important de ne rien exclure de notre assiette et de nous méfier des procédés de transformation et de raffinage.

Il nous explique également le piège des modèles simplificateurs se basant uniquement sur des indicateurs ne reflétant qu’une partie des aliments (les calories ou les protéines par exemple) en révélant la diversité des composants actifs contenus dans les aliments (composants énergétiques, vitamines, minéraux, fibres, anti-oxydants, etc.) et démontre que les tentatives actuelles visant à réduire à aliment à l’un de ces composants seulement est absurde.

Enfin, l’auteur souligne le fait que nous ne pouvons pas, dans notre société libérale, espérer de changement profond de l’offre alimentaire sans une forte implication du secteur public, car il s’agit bien d’un problème de santé publique (cancers, maladies dégénératives, obésité, diabète, etc.). L’état doit instaurer des règles auprès des industriels agroalimentaires garantissant au consommateur que le produit qu’il achètera ne comportera pas de facteur de risque. L’état doit mettre en place des circuits de distribution courts pour restaurer les patrimoines alimentaires locaux et échapper à une standardisation de la nourriture et du goût. L’état doit imposer des normes aux agriculteurs pour que ceux-ci produisent les matières premières de façon durable.

Oui, l’état de santé de l’ensemble de la population pourrait être amélioré grâce à une alimentation saine et protectrice ! Pouvoirs publics, industriels, agriculteurs et consommateurs doivent se mobiliser !

L’auteur

Christian Rémésy est nutritionniste et directeur de recherche à l’INRA. Ses travaux ont porté principalement sur le rôle des produits végétaux sur le maintien de la santé.

Découvrir le livre « Que mangerons-nous demain ? » de Christian Rémésy aux Editions Odile Jacob, 400 pages.

SOURCE : Editions Odile Jacob

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s