Quand maman fume...

lu 1950 fois

L'alimentation du fumeur est souvent très éloignée des recommandations actuelles en matière de santé. Des études récentes montrent que l'entourage du fumeur est, lui aussi, soumis à une alimentation déséquilibrée. Comment y remédier ?

Pas assez de légumes et de fruits frais

La plupart des études épidémiologiques réalisées en France, mais également dans le reste du monde, montrent que les fumeurs consomment plus d'aliments frits, de viandes, de boissons alcoolisées et de café. En revanche, ils mangent moins de fruits et légumes frais, de pain complet et de gâteaux, comparativement aux personnes qui ne fument pas. Ceci se traduit par des apports en vitamines C et E et en caroténoïdes plus faibles chez les fumeurs que chez les non-fumeurs. Dans la circulation, les concentrations d'acide ascorbique et de Beta-carotène sont souvent diminuées et inversement corrélées à la quantité de cigarettes fumées.

Qu'en est-il du conjoint et des enfants, quand le fumeur vit en famille ? Généralement chez l'adulte, même non fumeur, l'alimentation est souvent influencée par le tabagisme du conjoint avec toujours le même profil de consommation : moins de fruits, de légumes et de pain complet et plus de viande. Chez les enfants, on observe le même phénomène.

Une forte influence de la mère

Deux travaux récents, menés en France et aux USA, viennent apporter des précisions sur ces résultats.

La première est issue de la Cohorte Stanislas, une étude prospective comportant 1000 familles de la région Lorraine et suivies pendant 10 ans, dans le but d'étudier les déterminants familiaux des facteurs de risques cardiovasculaires.

Sur le sous-échantillon d'environ 400 familles qui avaient rempli un journal alimentaire de 3 jours, on remarque que chez les mères qui fument, la consommation de fruits frais est plus basse que chez les non fumeuses (environ 50%). Les autres membres de la famille, le père et les enfants, ont également des consommations moindres.

Si on détaille les apports en micronutriments, on constate que, dans les familles de mère fumeuse, les apports en ß-carotène et en vitamine C du conjoint et des enfants - bien entendu non fumeurs - sont inférieures que dans les familles où la mère ne fume pas. En revanche, le comportement tabagique du père semble avoir moins d'influence sur la consommation de sa femme et de ses enfants.

Des taux de caroténoïdes diminués

Et la deuxième étude ? Menée aux USA auprès de 1590 hommes et femmes âgés de 21 à 87 ans, elle montre que, chez les personnes qui ne fument pas mais vivent avec un fumeur, les concentrations dans le sérum de 3 caroténoïdes (Alpha-carotène, ß-carotène et Cryptoxanthine) sont plus basses qu'en l'absence de fumeur à la maison. Ces 3 micronutriments sont ceux que l'on trouve particulièrement diminués chez les gros fumeurs. La vitamine C n'a pas été dosée dans cette étude, mais la littérature signale que ses niveaux sont abaissés dans le sérum des non fumeurs régulièrement exposés à la fumée de cigarettes.

Deux explications possibles

D'un coté, l'exposition au tabagisme passif, source de stress oxydant, pourrait agir directement sur le pool d'antioxydants sanguins. D'un autre, le fait de vivre avec un fumeur et de partager son alimentation, comportant moins de fruits et légumes (alimentation pauvre en antioxydants), pourrait expliquer ce phénomène.

Quoi qu'il en soit, tous ces travaux insistent sur le fait que les comportements alimentaires sont fortement influencés par les caractéristiques de la cellule familiale. En particulier, dans les familles de fumeurs, les autres membres, conjoint et enfants, même s'ils ne fument pas, sont exposés non seulement au risque du "tabagisme passif" mais aussi à un mode alimentaire qui n'est pas optimum pour la santé.

Moralité, lorsque vous discutez... "tabac et alimentation" ...avec la maman, pensez également aux autres membres de la famille. Eux aussi ont besoin de vos conseils !

SOURCE : APRIFEL

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s