Qu'est-ce que la cellulite ?

lu 4584 fois

Nommée par les femmes cellulite, capitons, bourrelets, culotte de cheval, ou peau d'orange, et par le corps médical lipodystrophie, la cellulite existe aussi bien sur les minces que les rondes.

En allant de la surface vers l'intérieur du corps, on trouve successivement : L'épiderme, le derme, l'hypoderme, une couche graisseuse et enfin le muscle. Simplement, il faut se représenter le corps recouvert de deux couches : Le derme d'une épaisseur de 1 à 2 mm, qui contient de nombreux vaisseaux sanguins et lymphatiques. L'hypoderme situé juste sous le derme, d'une épaisseur très variable allant de 6 mm à plusieurs cm, et qui contient des cellules graisseuses, appelées adipocytes, ainsi que quelques vaisseaux sanguins et lymphatiques.

La cellulite est une augmentation de l'épaisseur de l'hypoderme, associée à une augmentation plus ou moins importante du derme selon deux mécanismes : Augmentation de la taille des adipocytes, c'est-à-dire stockage des graisses. Augmentation de l'infiltration d'eau dans les tissus, liée à une mauvaise circulation veineuse et/ou lymphatique.

Le derme comporte des lobules graisseux délimités par des cloisons parallèles, perpendiculaires à la surface de la peau ; dans le cas de la cellulite, ces lobules graisseux augmentent de volume et font saillie à la fois dans le derme, en profondeur, mais aussi en surface. Comme les cloisons inter lobulaires ne sont pas extensibles, la peau est attirée en profondeur, ce qui donne l'aspect de "peau d'orange" et de capitons.

La cellulite est souvent accompagnée de douleurs et de perturbations circulatoires. Avec les facteurs génétiques et hormonaux, habitudes alimentaires et mode de vie, la mauvaise circulation sanguine est considérée comme l'un des éléments prépondérants dans près de la moitié des cas de cellulite. La cellulite semble le témoin d'une anomalie de la régulation nerveuse, vasculaire et métabolique du tissu adipeux.

Afin de prévenir, perdre ou diminuer la cellulite, les progrès de la médecine, de la diététique, de la chirurgie, l'amélioration de l'hygiène de vie favorisent largement une nouvelle approche, plus globale.

Concernant l'approche nutritionnelle, la perte de poids n'est pas le seul objectif thérapeutique, car le tissus adipeux cellulitique est résistant à la restriction calorique et à la perte de poids. L'analyse de la situation nutritionnelle est indispensable pour établir un bilan nutritionnel et définir des objectifs thérapeutiques, en tenant compte des divers facteurs déclenchants : l'état psychologique et hormonal, comportement et habitudes alimentaires, histoire pondérale familiale et individuelle, baisse de l'activité physique, état de la masse maigre et de la masse graisseuse.

Source : Alexandre Glouchkoff, Diététicien - Nutritionniste

SOURCE : Toute la diététique !

Cela pourrait vous intéresser

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s