Projet de mise au point d'un « scanneur de fraîcheur » pour la viande

lu 1579 fois

À la suite du scandale qui a éclaté récemment lorsque 110 tonnes de viande avariée ont été découvertes dans plusieurs entrepôts en Allemagne, une équipe de chercheurs universitaires élabore actuellement un système d'identification par radiofréquences (RFID) utilisant un faisceau laser pour contrôler et enregistrer la fraîcheur de la viande au cours de son transport de l'abattoir au magasin.

« Mise au point d'« scanneur de fraîcheur » pour la viande » Lancé en 2006, FreshScan est un projet d'une durée de trois ans financé par le ministère fédéral allemand de l'éducation et de la recherche (BMBF) à hauteur de 3 millions d'euros et coordonné par l'institut Fraunhofer pour la fiabilité et la micro-intégration (IZM).

Ce projet, qui se trouve à ce jour au stade conceptuel, entend mettre au point un système à deux composants. Le premier de ceux-ci est une étiquette RFID semi-active munie de capteurs thermiques pour enregistrer en permanence l'état de la viande au fil de son parcours dans la chaîne de distribution, et le second est un lecteur RFID à détecteur optique qui utilise un faisceau laser pour analyser et enregistrer l'état de la viande tel qu'il est mémorisé dans l'étiquette.

« Le lecteur mesure le spectre lumineux dans lequel une altération chimique peut être repérée », a déclaré Rolf Thomasius, chercheur auprès de l'IZM.

Le lecteur fera appel à la spectroscopie Raman, une technologie habituellement employée dans les télescopes et les satellites, qui implique de pointer un faisceau laser en direction de la viande et de mesurer l'absorption et la réflexion du faisceau, qui varient selon l'évolution des propriétés chimiques ou de la fraîcheur de la viande.

Les chercheurs travailleront également sur un modèle de démonstration de ce « scanneur de fraîcheur » mobile dans l'espoir de le commercialiser à l'issue du projet.

« Nous avons pour objectif de créer un prototype extrêmement proche de l'appareil final afin de pouvoir lancer rapidement le système après la fin du projet de recherche », a expliqué M. Thomasius.

Une récente consultation publique menée par l'UE sur l'usage répandu des technologies RFID a fait apparaître que l'opinion publique est profondément divisée quant au potentiel de la RFID, les personnes sceptiques à l'égard de l'utilité de cette technologie étant aussi nombreuses que les personnes convaincues que la RFID peut améliorer la vie des citoyens européens.

Pour tout renseignement complémentaire sur ce projet, cliquez ici

Source : Copyright © Communautés européennes, 2007

SOURCE : Communautés européennes

Publicité : accès à votre contenu dans 15 s
Publicité : accès à votre contenu dans 15 s